Une réunion haute en couleurs, les jeunes présents endossant les maillots de leurs équipes favorites

La ministre Cherni depuis Paris : L’Etat est plus fort de Jéri

La ministre Cherni depuis Paris : L’Etat est plus fort de Jéri

La conférence sur ‘’le rôle des associations tunisiennes en France en matière de promotion du sport’’ qui vient de se tenir à Paris sous la présidence de la ministre de la Jeunesse et des sports Majouline Cherni a été une réunion haute en couleurs a appris le site web Nessma sport.


La ministre y a rencontré les jeunes de la communauté tunisienne de France, dont beaucoup d’entre eux endossaient les maillots de leurs équipes favorites. Les jeunes présents ont montré qu’ils étaient bien au fait de la vie sportive en Tunisie, ce qui a donné au débat de l’intensité, parfois même de la virulence, surtout les fans du Club Africain. Ces derniers n’ont manifestement pas pardonné à Majdouligne Cherni d’avoir accusé le public clubiste de ‘’terroriste’’.

Et la ministre de s’expliquer : Elle a affirmé n’avoir jamais eu l’intention de parler de ‘’vraie terrorisme’’ mais qu’elle a usé de l’expression uniquement pour souligner l’extrême gravité des troubles ayant émaillé le classico de la capitale.

La ministre a eu à répondre à beaucoup de questions, notamment sur la fédération, le suivi des affaires du football par le ministère, l’arbitrage et la corruption dans le monde du football. Elle a eu ainsi à dire pourquoi le ministère n’a pas interagi avec la fronde de cinq membres du bureau fédéral contre ‘’la dictature de Wadii Jéri’’ et à donner son avis sur la tentative supposée de ce dernier de se rapprocher du secrétaire général de l’UGTT en offrant à l’Olympique de Béja une bouée de sauvetage pour ne pas être relégué en division 3.

Ce à quoi Cherni a répondu n’avoir pas de données à ce sujet mais qu’elle va enquêter dès son retour à Tunis, ajoutant en substance : ‘’En Tunisie, il y a un Etat qui gouverne et Jéri ne peut pas être plus fort que l’Etat’’.