Swagg Man réclame un mandat d’arrêt pour aller en prison

Swagg Man appelle à être incarcéré…

Swagg Man appelle à être incarcéré…
Après le refus du tribunal de lever l’interdiction de voyage dont il fait l’objet, le rappeur tunisien Swagg Man a demandé à être emprisonné.

Dans un statut publié sur sa page officielle Facebook, en date du mercredi 12 juin 2019, le rappeur a rappelé que cette demande fait suite au refus par le tribunal de sa demande d’appel. Il s’est adressé, directement, au président de la République, au procureur et au magistrat compétent, en ces termes :

‘’Je désire s’il vous plaît un mandat d’arrêt national pour pouvoir être en prison à partir de cette semaine avant que je ne puisse commettre l’irréparable. Monsieur le président, je suis bien conscient de ce que je dis, je ne suis pas sous l’emprise de la drogue car je ne me drogue pas, je ne bois pas et je ne fume pas. Je suis bel et bien conscient de ce que je dis. Monsieur le président je demande mon incarcération immédiatement sur le champ, pourquoi je demande cela ? Car mes droits sont bafoués je suis libre en Tunisie, je peux voyager en Tunisie, mais je ne peux pas voyager et rentrer dans mon pays aux Etats-Unis, donc je préfère aller en prison. 

Merci Monsieur le président, Monsieur le procureur et Messieurs les juges d’accepter ma demande, ma demande sur la Levée de mon interdiction de voyager a été refusé, j’espère que ma demande d’incarcération sera acceptée je désire entrer cette semaine au plus tard dès demain en prison, (Ndlr : ce jeudi 13 juin), pourquoi cela ? Car je ne peux plus rester enfermé dans ce pays, je dis ‘’ce’’ pays car mes droits de l’homme sont bafoués. Je n’enlèverai jamais ma nationalité tunisienne malgré tous les problèmes que l’on me fait il n’y a pas de problème je suis un grand garçon, j’ai combattu ciel et terre, ce n’est pas la prison qui me fera peur loin de là, merci d’accepter mon souhait en considération ! 

Indigné par ses appels qui n’ont pas été entendus, Swagg Man avertit qu’il ne peut plus continuer à être interdit de voyage et que la seule solution qui lui reste, consiste à commettre l’irréparable, sans pour autant dire quoi.

‘’Si cela n’est pas accepté dans les prochaines 24 heures qui suivent ce message je serai dans l’obligation de commettre l’irréparable, je rappelle que ce ne sont pas des menaces loin de là, mes avocats ont remué ciel et terre, mais apparemment dans ce pays nous n’avons pas le droit à la parole, je rappelle qu’aucun juge, ni procureur, ni personne ne m’a entendu. Rappelons-nous que parfois dans la vie il faut savoir donner sa propre vie pour que cela puisse servir d’exemple pour des cas similaires, dans le futur’’.