Selon une étude, plus d’un million de Tunisiens travaillent dans le secteur informel

Selon une étude, plus d’un million de Tunisiens travaillent dans le secteur informel

Selon une étude, plus d’un million de Tunisiens travaillent dans le secteur informel
Une étude réalisée par l’observatoire national de l’emploi et des compétences relevant du ministère de la jeunesse, du sport et de l’intégration professionnelle en partenariat avec l’institut des statistiques a révélé aujourd’hui, mercredi 7 avril 2021, qu’environ 1 300 000 Tunisien(ne)s travaillent dans le secteur informel dont 39% des travailleurs dans le secteur informel sont des hommes et 27% sont des femmes pour un total de 36% des travailleurs.

L’étude, qui a concerné un échantillon d’environ 11 000 personnes âgées entre 15 et 60 ans réparties sur l’ensemble du pays, a aussi montré que 52% de ces travailleurs sont des jeunes et 83% sont sans diplôme scientifique ou professionnel.

Dans une déclaration aux médias, le directeur de l’observatoire national de l’emploi et des compétences, Fakher Zaïbi a souligné que près de 10% des diplômés du supérieur travaillent dans le secteur informel faisant remarquer que les secteurs de l’agriculture, du bâtiment et des travaux publics, du commerce, et des services sociaux accaparent 80% des travailleurs informels.

Il a, à cette occasion, indiqué que l’étude vise à dresser un état des lieux de la situation du travail informel en Tunisie pour élaborer un programme permettant la transition du secteur informel vers le secteur formel.

Dans ce contexte, l’intervenant a souligné que l’étude recommande la gouvernance du travail organisé, l’identification des responsabilités, la prise de mesures facilitant l’accès au financement, la garantie du contrôle et du suivi et la mise en place d’un plan d’action pour sortir du travail informel et passer au travail formel ce qui exige la mobilisation des efforts de toutes les parties y compris la société civile.

L’étude a été présentée lors d’une conférence organisée à Tunis par le ministère de la jeunesse, du sport et de l’intégration professionnelle en collaboration avec le programme des Nations Unies pour le Développement et l’organisation internationale du travail.