Covid-19 : Les femmes auraient sauvé le pays

Covid-19 : Les femmes auraient sauvé le pays

Covid-19 : Les femmes auraient sauvé le pays
Suite à l’étude du « Policy Brief » d’ONU Femmes intitulé « Les femmes tunisiennes à l’épreuve de la COVID-19 : du confinement au déconfinement », la consultante auprès d’ONU Femmes Dr Ahlem Belhaj, a souligné aujourd’hui, jeudi 9 Juillet, que Les femmes ont adhéré plus que les hommes aux mesures de prévention et de sécurité.

Elle a souligné que les femmes sont également plus impliquées dans l’effort national et que la tranche d’âge entre 35 et 45 ans est la plus consciente de la gravité du virus.

Réalisé sur la période mai-juin, le « Policy Brief » a révélé que les femmes ont eu un rôle fondamental dans la gestion de la crise sanitaire, comme l’a indiqué Ahlem Belhaj signalant toutefois une présence féminine moins importante dans le comité scientifique responsable de la gestion de la crise de la Covid-19 (6/20).

Elle a souligné par ailleurs que bien que la Tunisie figure parmi les rares pays qui publient le nombre de cas COVID-19 selon le genre, les données en fonction du genre ne sont disponibles que concernant le nombre de cas confirmés et de décès.

Les ouvrières agricoles quant à elles, ont aussi eu un rôle fondamental dans la garantie de la sécurité alimentaire de la Tunisie en temps de pandémie, tout comme les ouvrières dans les usines ou dans d’autres secteurs.

En revanche, ces mêmes ouvrières ont continué à subir les mêmes conditions de travail discriminatoires et à faire face aux mêmes risques lors du transport.

Ahlem Belhaj a souligné que du confinement au déconfinement, l’impact de la COVID-19 a continué à toucher les femmes de plein fouet mettant en exergue les inégalités et les discriminations antérieures et l’état de vulnérabilité d’une grande frange de la population féminine comme les ouvrières, les employées de maison, les détenues et les migrantes.

Dans ce sens, l’intervenante a mis l’accent sur l’importance d’adopter une politique globale basée sur l’égalité entre les sexes et la non-discrimination.

Il s’agit également d’inclure la dimension genre dans toutes les études et recherches sur l’impact de la COVID-19 et de remédier à l’absence de désagrégation des données selon le genre dans pratiquement tous les domaines.