"C’est moi qui porte la culotte", ce curieux slogan qui envahit nos villes...

"C’est moi qui porte la culotte", ce curieux slogan qui envahit Tunis...

"C’est moi qui porte la culotte",  ce curieux slogan qui envahit Tunis...
Vous l'avez sans doute remarqué sur les panneaux d'affichage de la capitale. "#C'est moi qui porte la culotte " un slogan qui intrigue et interpelle. Non ce n'est pas un remake de "3 Bilboards outside Ebbing, Missouri", ni une quelconque campagne #Me_Too. Àpartir d’aujourd’hui vous pourrez lire le slogan « c’est moi qui porte la culotte » sur de nombreux écrans urbains. L'association #WallahWeCan lance sa campagne internationale pour la justice menstruelle.

"C’est grâce à la vente à l’étranger de nos culottes hygiéniques lavables #EcolibreeByChantelle que nous pourrons financer la distribution gratuite en Tunisie pour les plus de 100 000 jeunes filles victimes de la précarité menstruelle. Nous serons ainsi le premier pays à garantir la gratuité des protections hygiéniques lavables pour les victimes de la précarité menstruelle. Rappelons que la précarité menstruelle a des effets négatifs sur la santé, sur l’estime de soi mais est également une des principales causes de déscolarisations chez les élèves." peut-on lire dans un post de l'association sur sa page officielle Facebook.

La précarité menstruelle est la difficulté ou manque d'accès des personnes réglées aux protections hygiéniques par pauvreté. La précarité menstruelle a notamment pour origine le coût des produits hygiéniques, qui rend leur accès difficile, et a pour principale conséquence l'exclusion des personnes réglées, dont l'absentéisme répété voire le décrochage scolaire.  

Dans le monde, jusqu'à 500 millions de personnes vivent dans la précarité menstruelle. 

En 2014, la Journée mondiale de l'hygiène menstruelle voit le jour ; elle a lieu chaque 28 mai10. Elle vise à lutter contre les tabous entourant les règles et la sensibilisation du public.