Les ouvriers du chantier de construction veulent un recrutement direct dans la future usine

La construction de l’usine Mdhilla 2 bloquée par une grève

La construction de l’usine Mdhilla 2 bloquée par une grève

Les ouvriers du chantier de construction de l’usine d’engrais phosphatés Mdhilla 2 (16 Km à l’est de Gafsa) sont en grève à durée indéterminée depuis ce mercredi 2 mai 2018, à l’appel de leur syndicat de base UTT. Ils réclament, ni plus ni moins, la régularisation de leur situation professionnelle par leur ‘’intégration automatique’’ dans le personnel de l’usine qu’ils sont… en train de construire, et ce ‘’avant la fin du chantier’’.


Selon le secrétaire général de ce syndicat de l’Union des Travailleurs de Tunisie, les ouvriers bloquent toute activité sur le chantier, y compris celle des employés et cadres étrangers des entreprises de BTP coréenne, chinoise et tunisienne en charge des travaux. La grève intervient après l’échec des négociations avec le Groupe Chimique Tunisien, maître d’œuvre du projet, a-t-il dit.

Toujours d’après ce syndicaliste, l’ensemble des ouvriers du chantier doivent être recrutés pour travailler à l’usine, sans passer par les concours d’embauche et sans attendre l’entrée du complexe en phase de production…

Le directeur régional du Groupe Chimique Tunisien, Mustapha Mrad, ne l’entend pas de cette oreille. ‘’Tout recrutement à l’usine de Mdhilla 2 ou à toute autre unité du GCT ne peut en aucune manière être automatique et ne se fait que par concours’’, a-t-il réagi. Ce responsable a révélé que les entreprises étrangères en charge dela réalisation de Mdhilla menacent non seulement de partir mais de réclamer des indemnisations considérables, à cause des grèves à répétition.

Mustapha Mrad a également confié que le Groupe Chimique Tunisien a dû verser aux entreprises en question des indemnités supplémentaires d’un montant de 30 millions de dinars, pour compenser les pertes subies.