Paradis fiscaux - Retrait de la Tunisie de la liste : Trois ambassadeurs européens confiants en issue favorable

Paradis fiscaux - Retrait de la Tunisie de la liste : Trois ambassadeurs européens confiants en issue favorable

Paradis fiscaux - Retrait de la Tunisie de la liste : Trois ambassadeurs européens confiants en issue favorable

Les ambassadeurs de Belgique, d'Italie et d'Allemagne en Tunisie se sont déclarés "confiants quant au retrait de la Tunisie à partir du 23 janvier 2018 de la liste des pays non-coopératifs au plan fiscal publiée par les services de l'Union Européenne", indique un communiqué du ministère des affaires étrangères publié hier, mardi 12 décembre 2017 au soir.


Les ambassadeurs ont déclaré après avoir été reçus alternativement par le secrétaire d'Etat chargé de la diplomatie économique, Hatem Ferjani, que ce classement "n'aura pas de retombées négatives sur la coopération financière entre la Tunisie et l'UE".
De son côté, le secrétaire d'Etat a réaffirmé le souci du ministère des Affaires étrangères de poursuivre la coordination entre les autorités tunisiennes spécialisées et le groupe européen de "code de conduites" pour atteindre cet objectif et éviter les répercussions négatives de cette décision sur l'image de la Tunisie en tant que destination importante pour l'investissement.
Le ministère des Affaires étrangères avait exprimé le 6 décembre "la surprise et le mécontentement" de la Tunisie de voir son nom inscrit par les services de l'UE dans la liste des pays non-coopératifs au plan fiscal. Elle avait souligné que ce "classement ne reflète pas absolument les efforts que la Tunisie mène pour se conformer aux exigences de transparence fiscale, dont l'adhésion en tant que partenaire au cadre global des mesures de limitation de l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéfices (BEPS)".
L'UE avait inscrit la Tunisie dans la liste noire de 17 pays hors de l'Union classés comme paradis fiscaux, adoptée par 28 ministres européens des finances, lors d'une réunion tenue le 5 décembre à Bruxelles, rappelle-t-on.