Nabil Karoui : Je me présenterai aux élections présidentielle et législatives

Nabil Karoui : La loi de la honte ne passera point !

Nabil Karoui : La loi de la honte ne passera point !
Le candidat à la présidentielle, Nabil Karoui a déclaré que la loi d'exclusion, adoptée par l'Assemblée des représentants du peuple, mardi 18 juin 2019, est contre la volonté du peuple. Anticonstitutionnelle, fondée sur la fraude, cette loi, qui reflète l’intention de s’emparer de la volonté du peuple, ne passera guère.

Ainsi, M. Karoui a confirmé qu’il se présentera aux prochaines élections présidentielle et législatives, indiquant que ce qui s’est passé au parlement ne l’inquiète nullement, ajoutant que le mouvement Ennahdha, Tahya Tounès et Machrou Tounès ont tenté de dissiper l'expérience démocratique par une loi d'exclusion, sous prétexte de la préserver, alors qu’en vérité, ils ne cherchaient qu’à se protéger.
Il a souligné que le parti Tahya Tounès a arnaqué et le peuple et tous ceux qui ont voté pour lui afin de mettre en œuvre son projet. Cependant, il a échoué à tous les niveaux et trahi les électeurs ainsi que l'homme qui leur a donné confiance, en quittant le parti pour en fonder un autre dans un processus d’escroquerie avéré.


‘’Ces gens ont appauvri le peuple ! La Tunisie en souffre !’’, a-t-il déploré, poursuivant : ‘’Le gouvernement utilise l’appareil de l'Etat comme s’il était son détenteur, tandis que c’est au peuple qu’il appartient’’.
Ainsi, M. Karoui a appelé les ministres de ‘’Tahya Ennahdha’’ à démissionner de leurs fonctions. ‘’Si vous possédez encore un brin de patriotisme, démissionnez ! Montrez-nous ce que vous pourriez apporter au peuple.


Dans le même contexte, Nabil Karoui a remercié les députés loyaux qui ont voté contre la loi d'exclusion, défendu la démocratie et sont restés fidèles à leurs principes.’’ L’Histoire retiendra ce qu’ils ont fait et se souviendra d’eux et de leur position honorable’’, a-t-il lancé.
M. Karoui a, également, souligné que la loi de la honte ne passera pas, en dépit de leur tentative d’enterrer la démocratie, mardi 18 juin, ‘’le jour noir’’.


Il a expliqué qu’il n’a pas été surpris par l’action d’un parti fallacieux comme celui de Tahya tounès, qui ne comprend que les opportunistes, toutefois, il s’est dit consterné par la position d’Ennahdha qui se veut apôtre de la démocratie et prône l’islam démocratique, mais qui a été démasqué, hier, en votant la loi de la honte afin d’exclure ses concurrents et préserver son pouvoir.
‘’Le peuple n’oubliera pas et leur demandera des comptes le jour du scrutin‘’, a-t-il conclu, faisant savoir ‘’qu'il a une équipe de près de 30 personnes qui est en train d’élaborer un programme et des idées pour sortir de la crise dont le gouvernement est le seul responsable.