Mohamed Abbou : Les élections du 17 décembre 2022 s’inscrivent dans le coup d’ État et il faut les boycotter

Mohamed Abbou : Les élections du 17 décembre 2022 s’inscrivent dans le coup d’ État et il faut les boycotter

Mohamed Abbou :  Les élections du 17 décembre 2022 s’inscrivent dans le coup d’ État et il faut les boycotter
Mohamed Abbou, fondateur du parti Attayar et ancien ministre de la fonction publique a appelé, ce vendredi 21 janvier 2022, à boycotter les élections législatives qui auront lieu le 17 décembre 2022 conformément au calendrier fixé par le président Kais Saied, considérant qu’il ne convient pas d’organiser des élections en cette date et que le retour à la Constitution de 2014 est inévitable. Lors d'un passage sur la radio Express FM, Abbou a précisé qu’il n'est pas concerné par les élections du 17 décembre 2022 dont parlait le président Saied, car ces élections s’inscrivent dans un contexte illégitime du coup d’Etat, soulignant que Kais Saied aurait pu organiser des élections anticipées et respecter la légitimité constitutionnelle.

Il s’est également exprimé sur l’article 163 de la loi électorale évoqué par le président Saied, selon lequel il est possible de décider le retrait de la qualité des candidats ou des membres de la liste électorale ayant commis des infractions électorales, ajoutant que dans le cas où la justice décide de sanctionner les listes du mouvement Ennahdha et l’organisation d’élections partielles, il vaut mieux penser à réorganiser des élections anticipées.

Au sujet du décret présidentiel ayant supprimé les primes des membres du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM),  Abbou a affirmé que le président Saied a voulu convaincre le peuple qu’il a limité les dépenses et  restitué l’argent du peuple, alors que ces avantages ne représentent même pas 1 million de dinars.