Manifestations et colère en Bologne contre Matteo Salvini

Matteo Salvini provoque…protestation et manifestations en Bologne

Matteo Salvini provoque…protestation et manifestations en Bologne
Le dernier ‘’sketch’’ pré-électoral, campagne électorale pour les régionales en Émilie-Romagne, filmé et mis en ligne, par Matteo Salvini, le leader italien du parti d’extrême-droite de la Ligue, est de mauvais goût pour la majorité de ceux qui l’ont vu.

Sa condamnation en Tunisie et en Italie, n’a étonné personne pour la gratuité du geste et surtout l’insolence dont a fait preuve, l’ancien ministre italien de l’Intérieur, célèbre pour ses sorties racistes et sa haine affichée des étrangers.  

Connu pour ses frasques, cette-fois ci, Salvini a dépassé les limites des droits individuels et humains, en appelant par interphone interposé, une famille tunisienne habitant la ville italienne de Bologne et surtout ne faisant l’objet d’aucune poursuite judiciaire ou d’une quelconque infraction.
Ne dérogeant pas à ses habitudes et voulant faire un grand tapage médiatique, Salvini a dépassé toutes les limites en se faisant accompagner d’une équipe étoffée de journalistes et de caméras et de ses partisans bien sûr, et arrive au cœur du quartier populaire de Pilastro à Bologne. 

Tout sourire comme s’il demandait des nouvelles d’une de ses connaissances, il sonne à l’interphone et demande à son interlocuteur, qui s’avère être un Tunisien de 17 ans, s’il était un trafiquant de drogue et qu’il voulait entrer pour vérifier de lui-même, dans une éclatante manifestation de violation de domicile. 

Provocation… offense…des manifestations et des plaintes

Colère et consternation des habitants du quartier, qui ont exprimé leur indignation pour cette action. Des politiciens et des députés italiens ont eux aussi exprimé leur colère.

La représentante du Parti démocrate et sous-secrétaire au développement économique, Alessia Morani a qualifié Matteto Salvini de ‘’scélérat’’ et ‘’dangereux provocateur ayant dépassé toutes les limites’’.

Le jeune tunisien qui a répondu à Salvini a indiqué qu’il allait porter plainte contre l’ancien ministre. 

La réaction de notre ambassade à Rome a été rapide qualifiant le comportement de Salvini qui stigmatise l'ensemble de la communauté tunisienne, d’atteinte aux droits et à l’image de tous les Tunisiens. D’ailleurs, conformément au protocole, une lettre de protestation au ton très ferme de notre ambassadeur à Rome, Moez Sinaoui, a été adressée à la présidente du Sénat italien, Elisabetta Casellati, faisant état de la gravité des actes du sénateur Salvini. Une action qui sera suivie d’autres sur le plan médiatique pour alerter l’opinion publique italienne sur la gravité des actes du Sénateur Salvini. 

La société civile et les associations tunisiennes et les acteurs de la société civile ont pris le relais en prévoyant des poursuites judiciaires et une manifestation à Bologne, sans oublier qu’il y aura certainement des plaintes de la part de la communauté tunisienne.

Cette provocation n’est pas sans rappeler une autre sortie de Matteo Salvini alors qu’il était ministre de l’Intérieur, en juin 2018, quand il a déclaré que ‘’la Tunisie envoie souvent en Italie d’anciens repris de justice, dans des barques clandestines’’.

Alors, l’ambassadeur italien en Tunisie, Laurenzo Fanara, a été convoqué, séance tenante par le ministre tunisien des Affaires étrangères pour fournir les explications nécessaires.

Pouvons-nous nous attendre à une convocation de l’actuel ambassadeur pour un acte aussi provocateur et répréhensible émanant, d’un homme politique italien ?
A suivre….