Tunisie - Maintien du couvre-feu jusqu'au 14 février prochain et création de commissions sectorielles pour veiller à l'application des protocoles sanitaires

Maintien du couvre-feu jusqu'au 14 février prochain et création de commissions sectorielles pour veiller à l'application des protocoles sanitaires

Maintien du couvre-feu jusqu'au 14 février prochain et création de commissions sectorielles pour veiller à l'application des protocoles sanitaires
Le couvre-feu sera maintenu sur l'ensemble du pays de 20h à 5h du 25 janvier au 14 février prochain, a annoncé samedi 23 janvier, Nissaf Ben Alaya, porte-parole du ministère de la santé, lors d'une conférence de presse tenue au palais du gouvernement à la Kasbah à l'issue de la réunion de l'instance nationale de lutte contre le coronavirus en présence du chef du gouvernement, Hichem Mechichi.

 

Nissaf Ben Alaya a souligné que la situation sanitaire actuelle est extrêmement grave et "nous n'avons d'autre issue que d'appliquer strictement les protocoles sanitaires et les gestes barrières".

Dans ce contexte, elle a signalé que l'instance nationale de lutte contre le coronavirus a aussi décidé de créer des commissions sectorielles qui veilleront à l'application rigoureuse des protocoles sanitaires.

Il a été également décidé, selon la même source de maintenir l'interdiction des déplacements entre les villes et de tous les rassemblements et festivités outre la poursuite du travail par alternance et par groupes jour par jour et du télétravail autant que possible.

Par ailleurs, les élèves et étudiants reprendront normalement les cours tout en veillant à l'application des protocoles sanitaires et en assurant l'enseignement à distance dans la mesure du possible.

Les personnes âgées de plus de 65 ans sont appelées à rester chez elles et à ne sortir qu'en cas d'extrême nécessité.

Pour les cafés et restaurants, Ben Alaya a souligné qu'ils devront veiller au respect des protocoles sanitaires assurant que tout contrevenant sera sanctionné par la loi et pourra même voir son local fermé immédiatement.

La responsable a précisé que la situation actuelle est très grave car les mesures n'ont pas été appliquées à la lettre faisant remarquer que si les indicateurs ne s'améliorent pas, d'autres mesures drastiques pourront être prises, tel que le confinement général, ce qui aurait, sans doute des répercussions économiques et sociales encore plus dangereuses.