Les Chakaponks : une première tunisienne dans le monde du gaming

Les Chakaponks : une première tunisienne dans le monde du gaming

Les Chakaponks : une première tunisienne dans le monde du gaming

C’est autour de la présentation de l’application du nouveau jeu de géolocalisation tunisien baptisé « Les Chakaponks » qu’une conférence de presse s’est tenue aujourd’hui dans une ambiance bon enfant. Ce rendez-vous ayant réuni les représentants des différents médias tunisiens a permis de présenter le jeu et d’inviter également la présence à prendre part demain jeudi 10 août 2017 à la grande cérémonie de lancement à l’esplanade de la Marsa.


Les Chakaponks est une application où le virtuel épouse le réel en faisant participer dans un premier temps ; une cinquantaine de personnalités politiques tunisiennes de divers bords. Ce nombre sera sans doute revu à la hausse au fur et à mesure que les adeptes des Chakaponks avanceront dans le jeu. Et de mettre en place par ailleurs dans un second temps de nouveaux personnages issus d’horizons autres pour que continue la quête des Chakaponks et pour dire aussi que ce jeu est né grand certes mais ira loin, plus loin que le rêve qui a motivé sa mise en place.
Car en effet, les Chakaponks, feu Khalil Karoui les a rêvés et KenBil, à savoir Kenza et Nebil Karoui, les ont réalisés. Et ce, en faisant appel à des experts en la matière, Walid Soltane Midani (Digital Mania), Maher Daaloul (Stella VFX) et Walid Meddeb (Opkode Labs) en l’occurrence.
Le jeu des Chakaponks tel qu’il a été imaginé et conçu ensuite par cette brochette de spécialistes consiste à se déplacer sur terrain, et là on parle des gamers, pour interviewer les personnalités politiques incarnées par les Chakaponks. Une fois sur terrain, le joueur jette des micros de Nessma Live sur la personnalité retrouvée pour marquer sa présence d’abord et télécharger sa photo sur la liste suggérée ensuite. Mais pas que ça. Parce qu’avec les Chakaponks, il ne suffit pas de jouer seulement. Il y a des gains et pas des moindres. Sur la 1ère phase, ce défi permettra d’empocher jusqu’à 10 mille dinars. Et sur la 2ème phase, les joueurs pourront remporter un pactole de 100 mille dinars.
Ce qui est sans doute à saluer à travers cette application et ce nouveau jeu, c’est qu’il s’agit d’un produit 100% tunisien. Il est conçu dans nos murs et confectionné de A à Z par des compétences tunisiennes. Car c’est ainsi que KenBil l’a voulu. Cette nouvelle entreprise qui réunit père, fille et rêve d’un fils de l’au-delà, plaide en effet pour le made in Tunisia avec un produit que nos jeunes compatriotes sont habitués à consommer de l’étranger. Le gaming est jusque là une chasse gardée des autres cieux puisqu’on ne peut jouer que lorsqu’on télécharge ces applications via des sites piratés ou en payant en devises. KenBil a alors tenu justement à tunisifier cet univers pour une consommation locale. Chakaponks est une première faite par des Tunisiens pour les Tunisiens. Dans une étape ultérieure, KenBil ira peut-être à la conquête de marchés étrangers puisque les Chakaponks est un rêve à la base. Et le rêve n’a pas de limites.