Le taux d'exploitation sexuelle des enfants est passé à plus de 180% en 2020 par rapport à 2019

Le taux d'exploitation sexuelle des enfants est passé à plus de 180% en 2020 par rapport à 2019

Le taux d'exploitation sexuelle des enfants est passé à plus de 180% en 2020 par rapport à 2019
Raoudha Laabidi, présidente de l'instance nationale de lutte contre la traite des êtres humains a indiqué que le taux d'exploitation sexuelle des enfants est passé à 180,6% en 2020 par rapport à 2019, selon le rapport annuel de la commission qui sera publié à la fin du mois.

Elle a ajouté que la commission a enregistré des chiffres alarmant relatifs à l'exploitation sexuelle des enfants au cours de 2020, dénonçant l'atermoiement des structures gouvernementales face à la hausse de ces crimes commis contre les enfants.

« Pendant la période du confinement sanitaire en 2020, plusieurs enfants ont été exploités par des réseaux virtuels qui ont commis des cybercrimes » a-t-elle fait savoir.

Par ailleurs la présidente de l'instance a dévoilé également la prolifération du phénomène de vente des nourrissons en Tunisie à travers les réseaux sociaux qui a augmenté de 60,2% en 2020 par rapport à 2019, ajoutant que ces nourrissons ne sont pas uniquement vendus par les mères célibataires, mais aussi par des familles impliquées dans ces crimes.

Elle a déploré les conditions de travail des délégués de protection de l'enfance et les équipes sécuritaires spécialisées qui selon ses propos, ne disposent pas de moyens matériels pour intervenir.

Laabidi a appelé à la nécessité de conjuguer tous les efforts pour mettre fin à ce phénomène dangereux, soulignant que l'enfance est gravement menacée en Tunisie.

Elle a ajouté que la commission a enregistré des chiffres alarmant relatifs à l'exploitation sexuelle des enfants au cours de 2020, dénonçant l'atermoiement des structures gouvernementales face à la hausse de ces crimes commis contre les enfants.

« Pendant la période du confinement sanitaire en 2020, plusieurs enfants ont été exploités par des réseaux virtuels qui ont commis des cybercrimes » a-t-elle fait savoir.

Par ailleurs la présidente de l'instance a dévoilé également la prolifération du phénomène de vente des nourrissons en Tunisie à travers les réseaux sociaux qui a augmenté de 60,2% en 2020 par rapport à 2019, ajoutant que ces nourrissons ne sont pas uniquement vendus par les mères célibataires, mais aussi par des familles impliquées dans ces crimes.

Elle a déploré les conditions de travail des délégués de protection de l'enfance et les équipes sécuritaires spécialisées qui selon ses propos, ne disposent pas de moyens matériels pour intervenir.

Laabidi a appelé à la nécessité de conjuguer tous les efforts pour mettre fin à ce phénomène dangereux, soulignant que l'enfance est gravement menacée en Tunisie.