‘’Ce n’est pas au ministre de dire ce qui est légitime et ce qui ne l’est pas’’

Le système d’enseignement ‘’en péril’’,  selon un syndicaliste

Le système d’enseignement ‘’en péril’’,  selon un syndicaliste

‘’Nous ne voulons porter atteinte ni à l’année scolaire ni aux intérêts de nos enfants les élèves. Ce qui est en jeu, c’est leur droit de défendre le système d’enseignement, aujourd’hui en péril’’. Ce propos a été tenu par le secrétaire général adjoint de la Fédération générale de l’enseignement secondaire, Ahmed Mahouk, qui était, mercredi 4 avril 2018, l’invité de l’émission ‘’Het Esshih’’, sur la chaîne Nessma.


‘’Voilà cinq mois que la crise perdure entre lé fédération de l’enseignement secondaire et le ministère de l’Education’’, a-t-il dit, faisant porter la responsabilité de cette situation au ministère et au chef du gouvernement Youssef Chahed, auquel il reproche d’assister ‘’en spectateur’’ à ce qui se passe.

Pour ce syndicaliste, ‘’prétexter de la conjoncture dans le pays , n’est pas un argument en notre défaveur, bien au contraire, car le professeur est victime de la crise sociale et de la hausse des prix’’.

A la question de savoir ce qu’il pense des récentes déclarations du ministre de l’éducation, Hatem Ben Salem, au sujet de ‘’l’illégalité’’ de la rétention des notes, par opposition à ‘’la légitimité’’ de la rétension de salaires, ce syndicaliste n’a pas mâché ses mots. ‘’Il n’est pas de votre droit de dire ce qui est légitime et ce qui ne l’est pas’’, a-t-il dit à l’adresse du ministre, faisant valoir que la décision de la fédération de l’enseignement secondaire ‘’obéit à des mécanismes légitimes’’.

Si le ministère de l’Education refuse de négocier avec nous et de donner suite à nos revendications, nous inventerons des moyens de lutte légitimes’’, a-t-il ajouté.