Le SNJT dénonce les violences policières contre les journalistes

Le SNJT dénonce les violences policières contre les journalistes

Le SNJT dénonce les violences policières contre les journalistes
Dans un communiqué publié aujourd’hui, samedi 25 septembre 2021, le syndicat national des journalistes Tunisiens a dénoncé les violences policières contre les journalistes.

Ils ont principalement parlé du cas de Khawla Boukrim, rédactrice en chef du site Internet « Kashf Media », victime de violences physiques et verbales par des policiers alors qu’elle couvrait les mouvements de protestation cet après-midi, à l’avenue Habib Bourguiba à Tunis.

Des policiers l’ont empêché d’entrer dans le périmètre des manifestations, exigeant ses papiers et ont procédé à une fouille. La journaliste a coopéré sans problèmes et a affirmé qu'en tant que citoyenne, elle avait le droit de sortir dans la rue sans aucune restriction ni interdiction de la part de la sécurité, mais les agents de sécurité ont pris pour cible la journaliste avec des violences verbales. Un officier portant une arme a retenu l'identité de la journaliste et a tenté de l'arrêter après qu'elle ait protesté contre une tentative de fouille de son sac, et un autre agent l'a photographiée sans son autorisation.

Face à ces cas de violences successifs, le SNJT condamne fermement les attaques policières contre tout journaliste et exprime sa totale solidarité avec Khawla Boukrim et tous les journalistes qui ont été victimes.