BCE, au RDV de l’Histoire, refuse toute exclusion

Le président de la République, seul garant et interprète de la Constitution 

Le président de la République, seul garant et interprète de la Constitution 
Encore une fois, Béji Caïd Essebsi a démontré qu’en tant que président de tous les Tunisiens, il demeure le seul garant de la Constitution et le rassembleur qu’il a été, au lendemain de la Révolution.

En ne paraphant pas, jusqu’ici, les amendements de la loi électorale adoptés par l’ARP, le 18 juin dernier, à la demande du gouvernement, le président de la République confirme son refus de toute exclusion, à la veille d’un scrutin présidentiel et législatif dont les préparatifs ont déjà commencé.
Caïd Essebsi est  aussi le seul interprète ‘’authentique’’ de la Constitution au sens de la théorie du droit, soit la seule institution dont l'interprétation a une autorité juridique non susceptible de recours. A ce propos, même si la Cour constitutionnelle existait cela n'aurait rien changé. Elle n'a aucune compétence en matière de promulgation des lois, selon plusieurs experts en droit.
Selon le représentant légal de Nidaa Tounes, Hafedh Caïd Essebsi, le président de la République ne prendra jamais de décisions à l’encontre de ses principes.  
Il a ajouté que le Président de la République ne signera pas cette loi dans l’intérêt de la Constitution et du processus électoral.
A Sousse, lors d’une session de formation, les 18 et 19 juillet courant, en présence de plusieurs experts, l’Instance supérieure indépendante pour les élections, ISIE, a donné ses instructions à toutes ses antennes régionales, IRIE, en vue d'appliquer la loi sur les élections et les référendums, en vigueur, amendé en 2017. 
Le membre de l’ISIE, Anis Jarboui a précisé que les instructions visent également, à ne tenir compte d’aucun critère, et à n’appliquer pour les candidats, aucune des conditions contenues dans les derniers amendements.
Ce samedi 20 juillet 2019, le conseiller politique du président de la République Nourdine Ben Ticha a confirmé que Béji Caïd Essebsi refuse l’exclusion, donc ne signera pas la loi éle et taillée sur mesure pour certaines parties.
Le 18 juin 2019, l'Assemblée du peuple a ratifié le projet de loi fondamentale sur l'achèvement et la révision de la loi électorale et le référendum dans son intégralité, avec l'approbation de 128 députés et de 14 abstentions contre le rejet de 30 autres.