Le chef de l’Etat préside la réunion du conseil de sécurité nationale

Le chef de l’Etat préside la réunion du conseil de sécurité nationale

Le chef de l’Etat préside la réunion du conseil de sécurité nationale
Le président de la République kaîs Saied a présidé, lundi 28 septembre 2020, au palais de Carthage, la réunion du conseil de sécurité nationale consacrée notamment à l'examen des mesures qui devraient être prises à la lumière des développements survenus sur les plans sanitaire, sécuritaire et social.

La réunion s'est déroulée en présence du chef du gouvernement Hichem Mechichi et du président du parlement Rached Ghannouchi.

Au cours de cette rencontre, l'accent a été mis sur l'explosion du nombre de cas de contamination liés au coronavirus.

A cette occasion, le chef de l'Etat a insisté sur la nécessité d'identifier les raisons de la propagation rapide de l'épidémie et de mettre en place les mécanismes nécessaires pour endiguer le virus.

Dans son allocution, le chef de l'Etat a tenu à saluer les efforts fournis par le corps médical, paramédical et de tous les intervenants, rappelant que des médecins avaient péri des suites du covid-19.

Sur un autre plan, le président de la République a invité les citoyens au strict respect du protocole sanitaire qui a été mis en place par les départements de la Santé, de l'Intérieur, des Affaires locales et de l'Environnement.

Saied a assuré qu'il a été convenu de permettre aux gouverneurs de décréter un confinement au niveau régional ou local, en cas de besoin, en coordination avec le pouvoir central.

Le chef de l'Etat a jugé aussi ‘’possible’’ de réinstaurer un couvre-feu sur tout le territoire de la République en cas d'évolution de la situation épidémiologique dans le pays (explosion de cas de contamination et de nombre décès).

Par ailleurs, le chef de l'Etat a dénoncé une montée ‘’inquiétante’’ du taux de la criminalité en Tunisie, appelant à faire face à ce fléau et à appliquer rigoureusement la loi à tous les criminels.

‘’Toute personne dont l'implication dans meurtre a été prouvée, doit être punie et condamnée à mort’’, a-t-il plaidé, ajoutant que le texte est claire à ce propos.

Par ailleurs, le président kaîs Saied a évoqué le fléau de corruption dans plusieurs domaines, dénonçant le retard pris dans le traitement des dossiers de corruption.