La FIJ et le SNJT dénoncent fermement les arrestations de journalistes tunisiens

La FIJ et le SNJT dénoncent fermement les arrestations de journalistes tunisiens

La FIJ et le SNJT dénoncent fermement les arrestations de journalistes tunisiens
La Fédération internationale des journalistes (FIJ) et son affilié le Syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) ont fermement dénoncé la série d'arrestations de journalistes Tunisiens.

Dans un communiqué publié sur le site officiel de la FIJ, la Fédération a notamment évoqué l’arrestation de Amer Ayad, présentateur de la chaîne de télévision privée Zitouna, arrêté sur ordre de la justice militaire pour avoir critiqué sur le plateau les décision du président tunisien Kais Saied du 25 juillet.

Anthony Bellanger, Secrétaire général de la FIJ, a déclaré: «  Nous sommes très préoccupés par la façon dont les forces de l'ordre arrêtent les journalistes critiques du pouvoir et exigeons la libération immédiate d'Amer Ayad ».

Le SNJT a de son côté exprimé, son rejet absolu des procès militaires engagés à l’encontre de civils pour avoir exprimé leurs opinions, positions et publications, considérant cela comme un coup porté à la liberté d'expression et à la démocratie.

Le syndicat a expliqué que « Les erreurs professionnelles et les questions éditoriales sont du ressort des organes de régulation de la profession et du décret 115 relatif à la liberté de la presse, de l'imprimerie et de l'édition ».