La Tunisie célèbre 174 ans d'abolition de l'esclavage

Il y a 174 ans, la Tunisie abolissait l’esclavage…

Il y a 174 ans, la Tunisie abolissait l’esclavage…
La Tunisie célèbre, ce jeudi 23 janvier 2020, la journée nationale de l’abolition de l’esclavage. Aboli par décret en date du 23 janvier 1846 par Ahmed Bey Ier, on peut dire que l’esclavage n’a complètement disparu qu’au début du XXe siècle, perdurant, particulièrement dans le sud du pays, en milieu agricole.

Selon Ibn Abi Dhiaf, c’est le cas de Djerba, où les Bédouins et les paysans  avaient besoin d'une main d'œuvre servile et bon marché. Pratiques qui poussèrent, alors, Ali Bey III, à décréter un 2ème décret, le 28 mai 1890, qui institue des sanctions, sous forme d'amendes, allant jusqu’à des peines de prison.

Fils d'une esclave, Ahmed Bey 1er est considéré comme un prince progressiste. Faisant preuve de ‘’diplomatie’’ et d’intelligence’’, le Bey a commencé ses réformes par l’interdiction de la vente des esclaves, 6 septembre 1841, avant de fermer le marché aux esclaves de Tunis, en août 1842 pour arriver à sa déclaration célèbre, en décembre 1842, selon laquelle ‘’toute personne née dans le pays est désormais libre’’. 

Ahmed Bey n’a pas omis de demander l’avis de ‘’Oulémas’’ tunisiens sur la question qui ont approuvé sa décision, lui conseillant d’annoncer l’interdiction pure et simple de ce commerce.

Depuis, la Tunisie s’est armée de plusieurs instruments juridiques dont la loi-organique 2016-61 du 3 août 2016 relative à la prévention et à la lutte contre la traite des personnes à côté de celle n° 2017 -58 du 26 juillet 2017, notamment son article 19. La première loi a donné naissance à une instance nationale de lutte contre la traite des personnes dont la présidente, Raoudha Laabidi, ancienne magistrate.

Depuis mardi 22 janvier 2019, le président de la République, feu Béji Caïd Essebsi a décidé de décréter le 23 janvier de chaque année, ‘’Fête nationale de l'abolition de l'esclavage en Tunisie’’.