Google rend hommage à Tawhida Ben Cheikh

Google rend hommage à Tawhida Ben Cheikh

Google rend hommage à Tawhida Ben Cheikh
Le moteur de recherche américain, Google a créé pour ce samedi 27 mars 2021, un doodle spécial en hommage à la docteure tunisienne Tawhida Ben Cheikh décédée en 2010, à l'âge de 101 ans, laissant ses empreintes et un parcours plus qu'honorable.

Cet hommage coïncide avec la date du premier anniversaire de la mise en circulation par la banque centrale le 27 mars 2020, du billet de banque de dix dinars avec pour principale personnage, feue Tawhida Ben Cheikh, en signe de révérence. C’est la deuxième femme dont l’effigie apparaît sur une monnaie tunisienne, après celle de Elissa, fondatrice de Carthage.

Véritable pionnière, Tawhida Ben Cheikh est une des femmes les plus importantes dans l’histoire de la Tunisie.

Originaire de Ras Jebel, Tawhida a consacré sa vie à la médecine et surtout à la santé des enfants et des femmes et ce malgré tous les facteurs qui ont tenté de l’en empêcher.

Femme engagée et fervente défenseuse des minorités, elle s’est battue toute sa vie et a créé plusieurs associations d’aide aux orphelins, de soins pour les enfants ou encore pour les mères, a milité pour l’accès à la contraception et à l’avortement jusqu'à ce qu'il soit légalisé en 1973 et a œuvré à la mise en place du planning familial, à l’introduction du contrôle des naissances, ainsi qu'à la création de l’école des sages-femmes.

En plus de ses convictions, engagements et son militantisme, Tawhida Ben Cheikh se démarque avant tout par sa carrière.

Elle fut la première bachelière de confession musulmane, la première étudiante tunisienne à recevoir un diplôme universitaire, elle est également la première femme médecin et gynécologue du monde arabe. Gynécologue-obstétricienne de renom, dès 1955 elle devient cheffe du service gynécologie de l’hôpital Charles-Nicolle puis de celui de l’hôpital Aziza-Othmana.

Première Tunisienne à siéger au Conseil de l’Ordre des médecins de son pays, elle a également été Vice-présidente du Croissant-Rouge tunisien et a dirigé en 1937 de la revue féminine Leïla le premier magazine féminin tunisien édité en langue française.

Elle est aussi membre de l'Union musulmane des femmes de Tunisie (UMFT), fondée par Bchira Ben Mrad.