Crise de la CPG ? Voilà les responsables, selon Samir Cheffi

Cheffi: ''Toutes les parties sociales et politiques, responsables de la crise du bassin minier''

Cheffi: ''Toutes les parties sociales et politiques, responsables de la crise du bassin minier''

Le secrétaire général adjoint de l'Union générale tunisienne du travail (l’UGTT) Samir Cheffi, qui était l’invité de l’émission ‘’Het Esshih’’ du vendredi 2 mars 2018, sur Nessma, a souligné, à propos de la crise de la CPG, que le fossé qui se creuse entre les manifestants et les gouvernements successifs, ainsi que le manque de confiance entre les deux, empêchaient tout accord.


Cheffi a déclaré que l’UGTT a rencontré de grandes difficultés, mais cherche, tout de même, à résoudre cette crise et appelle toujours à ne jamais perturber la production du phosphate malgré son soutien aux sit-in et aux manifestations pacifiques.

L'invité du ‘’Het Eshhih’’ considère que la crise de la CPG est une question nationale et que les efforts doivent être coordonnés entre les organisations, les associations, le gouvernement et le parlement pour prendre conscience de la condition actuelle de la compagnie, assurant qu'aujourd'hui, la Tunisie connaît une crise politique par excellence qui pourrait exploser à n’importe quel moment.

Samir Cheffi a, en outre, reproché aux parties, sociales et politiques, aux organisations, au gouvernement et au parlement leur implication dans la crise du bassin minier, appelant à la nécessité urgente de trouver des solutions concrètes.

‘’Nous ne souhaitons guère l’échec du gouvernement’’, a-t-il déclaré, soulignant que les citoyens et le gouvernement doivent méditer et réfléchir sur la situation actuelle de la Tunisie pour faire sortir le pays de cette impasse.

Dans ce contexte, le secrétaire général adjoint a expliqué que la solution serait de reconnaître de près les difficultés et leurs origines. ‘’La reconnaissance du problème est la première étape pour le résoudre’’, a-t-il estimé, ajoutant que les solutions seraient de planifier et promouvoir le développement sur le plan régional.

Par ailleurs, Cheffi a, également, appelé tous les manifestants à maintenir le caractère pacifique des manifestations.