BCE : Les jeunes doivent avoir confiance en leur pays

BCE : la jeunesse, c’est le réservoir de l’élite

BCE : la jeunesse, c’est le réservoir de l’élite

Au Forum Moyen-Orient-Méditerranée 2018, sur la jeunesse, à Lugano, Suisse, les 25 et 26 août 2018, auquel la Tunisie participe en tant qu’invité d’honneur, le président Béji Caïd Essebsi a adressé un message vidéo aux jeunes du Moyen-Orient, de la Méditerranée et d'Europe.


Dans ce message, BCE a souligné que la jeunesse représente le réservoir de l'élite et l'avenir de la Tunisie et de toute la région.

‘’Si notre pays et notre région a un avenir ce sont les jeunes qui vont le faire. Nous avons une histoire avec ses vicissitudes. Il ne faut jamais insulter son passé, mais surtout préparer son avenir.

Notre avenir c de voir un Etat du 21ème siècle pas un état du 7ème, pour que la région et je parle de mon pays puisse rattraper le retard sur les pays développés.

Et on ne peut pas le faire sans la participation des jeunes et sans leur préparation aux responsabilités, ‘’a-t-il notamment souligné.

Le président de la République a fait savoir que son grand souci, à travers tous ses déplacements, c'est d'obtenir des bourses pour les jeunes tunisiens, se félicitant par ailleurs, de l'accord conclu avec l'Union Européenne, sur plusieurs années, offrant aux jeunes l'opportunité de participer aux projets ‘’Erasmus’’ qui favorisent l'échange entre les universités des pays signataires.

Il a indiqué que les pays amis doivent aider les pays qui n'ont pas de moyens, comme la Tunisie, parce que ‘’l'avenir de la Méditerranée, il est général ou pas’’, a-t-il dit, précisant que ‘’les jeunes du Moyen Orient, de la Tunisie et de l'Europe, représentent la même jeunesse avec les mêmes aspirations, les mêmes idées et les mêmes rêves’’.


Le chef de l'Etat a dit: ‘’J'ai écrit un livre il y a une dizaine d'années, que j'ai dédié à la jeunesse de mon pays qui n'a pas connu cette période : la construction de l'Etat moderne et ses vicissitudes. J'espère qu'ils y trouveront les réponses aux questions que les dirigeants actuels refusent de leur fournir’’.


Il a ajouté que ‘’les jeunes doivent avoir confiance en leurs pays, soulignant qu'il n'y a pas d'avenir sans relation entre les jeunes et leur pays’’.