Assemblée Natioanale : le développement régional au cœur du débat

Assemblée Natioanale : le développement régional au cœur du débat

Assemblée Natioanale : le développement régional au cœur du débat
Les députés ont procédé, vendredi, lors d'une séance plénière, tenue à l'ARP, à l'examen du rapport de la commission du développement régional sur "les conditions et les projets de développement

dans toutes les régions du pays", lequel a pointé plusieurs défaillances, entravant le développement régional.

La présidente de la commission du développement régional, la députée Qalb Tounes  Ibtihaj Ben Helal, a indiqué, que ce rapport, qui vise à asseoir les piliers d'une nouvelle et bonne gouvernance dans le pays, recommande de concevoir une véritable stratégie, basée sur une vision claire, laquelle s'attèle à valoriser les richesses des régions et à renforcer la gouvernance locale".

La responsable a fait savoir que le rapport a cerné plusieurs défaillances, notamment la fragilité du tissu économique, la capacité limitée du secteur industriel dans les régions et l'absence de chaînes de valeur, ce qui a limité les activités à l'exploitation des ressources disponibles et à leur état brut.

Le rapport a soulevé, aussi, la faiblesse des performances du secteur touristique et de l'infrastructure, ainsi que la détérioration des services publics fournis, et l'absence des incitations en faveur des investisseurs pour les encourager à s'implanter dans les régions.

Il a pointé du doigt, en outre, le retard dans l'achèvement de plusieurs projets stratégiques, ayant trait, essentiellement, au raccordement au réseau électrique, ainsi qu'aux ports, aéroports, zones logistiques et zones industrielles.

Le rapport a évoqué, également, la niveau limité de partenariat public-privé, et de financement des projets par le secteur bancaire, les obstacles liés à la cession des terres, la détérioration des conditions environnementales et la propagation de la construction chaotique.

Le rapport a aussi souligné la faiblesse du système de formation professionnelle, ce qui a engendré une inadaptation entre la formation et les exigences du marché du travail.

Il est à noter que cette séance plénière a été marquée par la présence d'un certain nombre de ministres.