Accusation de corruption contre l’UGTT : ’’Le vent ne renversera jamais la montagne’’, selon Taboubi…

Accusation de corruption contre l’UGTT : ’’Le vent ne renversera jamais la montagne’’, selon Taboubi…

Accusation de corruption contre l’UGTT : ’’Le vent ne renversera jamais la montagne’’, selon Taboubi…
Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi est revenu, ce dimanche, sur la campagne de dénigrement contre la centrale syndicale, la formation du prochain gouvernement et le dossier relatif à la concession de l’aéroport Enfidha.

Interrogé sur les accusations de corruption et la campagne de dénigrement contre l’UGTT, depuis la publication des résultats des élections, Taboubi a souligné que les attaques des ennemis du militantisme syndical, de la démocratie, de la liberté et de la modernité’’ ne peuvent aucunement perturber la centrale syndicale, a-t-il affirmé, dans un entretien accordé au journal La Presse dans son édition du 10 novembre 2019, 


En réponse à ces parties, il a repris une citation du leader palestinien Yasser Arafet. ‘’Le vent ne renversera jamais la montagne’’, a-t-il dit. 


Selon lui, l’UGTT qui est, également, visée par des parties étrangères et est capable de dépasser les entraves et défendre les intérêts du pays dans les différents secteurs.


A propos de l’accord conclu, stipulant une réduction à la partie turque de 65% du coût relatif à la concession de l’aéroport Enfidha, Taboubi a qualifié ce dossier de très grave, appelant, ainsi à l’ouverture d’une enquête et poursuivre ceux qui ont pris cette décision d’une façon unilatérale et sans procéder à une large concertation avec les députés au sein de l’ARP.
 ‘’C’est comme si on avait offert gratuitement l’aéroport d’Enfidha aux Turcs’’, a-t-il déclaré. 

 


En ce qui concerne les dossiers prioritaires de l’UGTT, Noureddine Taboubi a expliqué que plusieurs dossiers sont en cours de concertation, comme la loi sur la fonction publique, l’infrastructure routière, la pauvreté, le secteur de la santé et du transport et l’éducation…

Taboubi n'a pas, ainsi, hésité à donner plus détails sur le dossier du phosphate et la crise dans laquelle se trouve la CPG. 

Selon lui, ce sujet a beaucoup nui à l’image de l’UGTT qui n’a jamais ordonné une seule grève à la CPG et au niveau du Groupe chimique Tunisien à Gafsa.

''Tous les gouvernements  n’ont pas tenu promesse quant à la mise en place d’une démarche de développement durable à Gafsa. Cela a accentué le manque de confiance de la population à l’égard des décideurs et a créé un climat social marqué par les tensions notamment chez les  jeunes chômeurs'', a-t-expliqué.


‘’La situation sécuritaire et sociale est fragile à l’heure actuelle et les partis vainqueurs aux élections législatives sont appelés à prendre conscience et de la grande responsabilité qui les attend et l’urgence de former un prochain gouvernement est impératif’’, a-t-il souligné.