A partir de mardi: L'Organisation tunisienne des Jeunes médecins, en grève

A partir de mardi: L'Organisation tunisienne des Jeunes médecins, en grève

A partir de mardi: L'Organisation tunisienne des Jeunes médecins, en grève

L'Organisation tunisienne des jeunes médecins entame une grève générale de trois jours, à partir de mardi 6 février et jusqu’au 8 février 2018, pour protester contre la non-satisfaction de leurs revendications par le ministère de la Santé.


Déjà, depuis le 30 janvier dernier, l’Organisation a appelé à la tenue d'une grève générale de trois jours du 6 au 8 février 2018 prochain, pour protester contre l'incapacité du ministère de la Santé à répondre à un certain nombre de leurs demandes.

Selon le secrétaire général de l'Association des jeunes médecins, Jad Henchiri, la présidence du Gouvernement a récemment exprimé son avis sur le projet de décret sur le statut des médecins internes et résidents et l’a remis au ministère de la santé depuis le 23 novembre 2017, sans aucun progrès, exprimant son mécontentement de ce qu'il considérait comme une ‘’indifférence de l’autorité tutelle’’, malgré les remarques faites par le Gouvernement, qui selon lui, sont formelles.

Selon Henchiri, les jeunes médecins réclament également la publication du projet de loi de réforme des études médicales et le maintien du certificat national de docteur en médecine, séparément du diplôme spécialisé. Comme c'est le cas dans la plupart des facultés de médecine du monde.

Les jeunes médecins protestent, également, contre le non-respect des accords conclus dans le cadre du service national, selon la même source.

Il a également souligné que le ministère de la Santé n'a pas annulé la demande de dérogation au devoir du service militaire pour les médecins dont leur santé ou leur statut social ne le permet pas, ajoutant que les médecins admis dans les concours de professeur universitaire ne sont pas autorisés à avoir une dérogation au devoir militaire. Il a aussi, mis l’accent sur l’importance de réviser les salaires des médecins, en service dans les institutions publiques depuis un an, et de leur permettre une augmentation, de 750 dinars à 1200 dinars.

L'Organisation tunisienne des jeunes médecins appelle au traitement des salaires des médecins étrangers ayant étudié dans les écoles de médecine tunisiennes, compte tenu du faible salaire mensuel du médecin traitant interne ou résident qui n'excède pas 300 dinars et de la possibilité de faire du bénévolat pour combler les postes vacants dans les hôpitaux universitaires et de surveiller les fonds nécessaires à cette fin.

Jad Henchiri a déclaré que la grève générale de trois jours, à laquelle assisteront les médecins internes de l'organisation, les résidents et les étudiants en médecine, inclura tous les départements médicaux des hôpitaux publics, à l'exception des services de réhabilitation et d'urgence.