Rwanda - Génocide : BNP Paribas en ligne de mire pour complicité de crimes contre l'humanité

Rwanda - Génocide : BNP Paribas en ligne de mire pour complicité de crimes contre l'humanité

Rwanda - Génocide : BNP Paribas en ligne de mire pour complicité de crimes contre l'humanité

Une information judiciaire a été ouverte, par le parquet de Paris à l'encontre de BNP Paribas et contre X pour complicité de génocide et de crimes contre l'humanité au Rwanda, à la suite d'une plainte déposée par des ONG.Une information rapportée par l’AFP.


L'agence explique que la banque française est accusée d'avoir financé un achat d'armes au profit de la milice hutu pendant le génocide de 1994.
L’incrimination du groupe BNP Paribas repose sur le fait d'avoir permis en juin 1994 le "financement de l'achat de 80 tonnes d'armes" au profit des miliciens hutu, en plein génocide des Tutsi et en violation d'un embargo décrété par les Nations unies.
Le financement a été effectué les 14 et 16 juin 1994 par des transferts de fonds pour plus de 1,3 million de dollars (1,1 million d'euros au cours de l'époque) du compte que la Banque nationale du Rwanda (BNR) détenait chez elle vers le compte en Suisse de Willem Tertius Ehlers, propriétaire sud-africain d'une société en courtage d'armes.
Cette information judiciaire à l'encontre de BNP Paribas et contre X a été ouverte le 22 août sera confiée à des magistrats du pôle génocides et crimes de guerre du tribunal de grande instance de Paris, où sont déjà instruits environ 25 dossiers liés au génocide rwandais.

Vingt-trois ans après les massacres, c'est la première fois qu'une banque française se retrouve au cœur des soupçons de complicité.

On rappelle qu’en 1994, plus de 800 000 personnes, en immense majorité des Tutsi, avaient été massacrées en une centaine de jours, dans des tueries déclenchées après la mort du président hutu Juvénal Habyarimana dans un attentat contre son avion.