Le changement saisonnier peut-il tuer le Covid-19 ?

Le soleil tue-t-il le coronavirus?

Le soleil tue-t-il le coronavirus?
Certaines personnes espèrent que les flambées du coronavirus diminueront avec l'augmentation des températures, mais les pandémies ne se comportent pas souvent de la même manière que les flambées saisonnières.

De nombreuses maladies infectieuses croissent et décroissent avec les saisons. La grippe arrive généralement avec les mois d'hiver les plus froids, tout comme le virus des Norovirus. D'autres, comme la typhoïde, ont tendance à culminer pendant l'été.

Les cas de rougeole chutent pendant l'été dans les climats tempérés, tandis que dans les régions tropicales, ils atteignent un pic en saison sèche.
Sans surprise, de nombreuses personnes se demandent maintenant si nous pouvons nous attendre à une saisonnalité similaire avec le Covid-19. Depuis sa première apparition en Chine vers la mi-décembre, le virus s'est propagé rapidement, le nombre de cas augmentant désormais le plus fortement en Europe et aux États-Unis.
Les pandémies ne suivent souvent pas les mêmes schémas saisonniers que ceux observés pourdes épidémies plus normales. La grippe espagnole, par exemple, a culminé pendant les mois d'été, tandis que la plupart des épidémies de grippe se produisent pendant l'hiver.
Le coronavirus appartient à une famille de ‘’virus enveloppés’’. Cela signifie qu'ils sont recouverts d'une couche huileuse, connue sous le nom de bicouche lipidique, parsemée de protéines qui dépassent comme des pointes d'une couronne, ce qui a donné l’appellation ‘’corona’’ qui signifie ‘’couronne’’ en latin.
La recherche sur d'autres virus enveloppés montre que cette couche huileuse rend les virus plus sensibles à la chaleur que ceux qui n'en ont pas. Dans des conditions plus froides, la couche huileuse durcit dans un état caoutchouteux, tout comme la graisse de la viande cuite durcit en refroidissant, pour protéger le virus plus longtemps lorsqu'il est à l'extérieur du corps. La plupart des virus enveloppés ont tendance à présenter une forte saisonnalité.
La recherche a déjà montré que Sars-Cov-2 peut survivre jusqu'à 72 heures sur des surfaces dures comme le plastique et l'acier inoxydable à des températures comprises entre 21-23C (70-73F) et dans une humidité relative de 40%. La manière exacte dont le Covid-19 se comporte à d'autres températures et humidité doit encore être testée, mais des recherches sur d'autres coronavirus suggèrent qu'ils peuvent survivre plus de 28 jours à 4 ° C. 
‘’Le climat entre en jeu car il affecte la stabilité du virus en dehors du corps humain lorsqu'il est expulsé par la toux ou les éternuements, par exemple’’, explique Miguel Araújo, qui étudie les effets des changements environnementaux sur la biodiversité au Musée national des sciences naturelles de Madrid. ‘’Plus le virus reste stable dans l'environnement, plus sa capacité à infecter d'autres personnes et à devenir épidémique est grande. Alors que Sars-Cov-2 s'est rapidement propagé dans le monde entier, les principales épidémies se sont principalement produites dans des endroits exposés à un temps frais et sec.’’
Une analyse récente indique que ce coronavirus pandémique sera moins sensible aux conditions météorologiques que beaucoup l'espèrent