L'Université libre de Bruxelles suspend ses partenariats avec les universités israéliennes

L'Université libre de Bruxelles suspend ses partenariats avec les universités israéliennes
Le Conseil académique de l’Université libre de Bruxelles a décidé à une large majorité, le 27 mai 2024, de la suspension des accords et projets institutionnels de recherche impliquant une université israélienne ; il s’engage, par ailleurs, à ne pas conclure d’accord avec une université palestinienne "jusqu'à l'engagement clair de leurs autorités universitaires respectives en faveur de la libération sans condition des otages israéliens".

La suspension des partenariats avec les universités israéliennes sera maintenue jusqu’à "l’engagement clair" des autorités universitaires concernées "en faveur des exigences émises par la Cour internationale de Justice (CIJ) dans son ordonnance du 24 mai 2024".

Le refus de conclure quelque accord avec une université palestinienne sera levé à la libération "sans condition des otages israéliens", a spécifié l’université dans une communication sur leur site internet.

Sur le campus de l’ULB, des étudiants ont choisi d’établir un campement au bâtiment du Solbosch depuis mardi matin. Par ce blocage, ils souhaitent dénoncer “le génocide en cours à Gaza”. Parmi les revendications de ces jeunes, l’annulation de la venue de Elie Barnavi, historien, essayiste et ancien ambassadeur d’Israël en France lors d’une conférence sur la situation entre Israël et la Palestine en juin prochain à l’ULB.