Crash d’un Boeing ukrainien : l’Iran refuse de remettre la boîte noire

L’Iran ne remettra pas la boîte noire du Boeing ukrainien

L’Iran ne remettra pas la boîte noire du Boeing ukrainien
Un Boeing 737-800 ukrainien s’est écrasé, mercredi 8 janvier 2020, quelques minutes après son décollage de l'aéroport de Téhéran, ne laissant aucun survivant.

Selon les règles mondiales de l'aviation, l'Iran a le droit de mener l'enquête. Cependant, les experts disent que peu de pays sont capables d'analyser les boîtes noires.

L'accident est survenu à un moment de fortes tensions entre l'Iran et les États-Unis et quelques heures seulement après que l'Iran a effectué des frappes de missiles sur deux bases aériennes abritant des forces américaines en Irak. Rien n'indique que les deux événements soient liés.

Le National Transportation Safety Board des États-Unis aurait un rôle à jouer dans toutes les enquêtes internationales impliquant des Boeings fabriqués aux États-Unis, sauf que le conseil d'administration doit agir avec la permission et conformément à la législation du pays étranger concerné.

Le chef de l'Organisation de l'aviation civile iranienne (CAO), Ali Abedzadeh, a fait savoir que les autorités iraniennes ne remettront la boîte noire ni au constructeur et ni aux Américains.
L’avion à destination de Kiev transportait 176 passagers et neuf membres d'équipage. Ils ont tous péri dans le crash, selon le Croissant-Rouge iranien.