Réponse de Henda Ayari à son violeur présumé, Tariq Ramadhan

Henda Ayari réplique à Tariq Ramadhan qu’elle accuse de l’avoir violée

Henda Ayari réplique à Tariq Ramadhan qu’elle accuse de l’avoir violée

L’écrivaine et activiste associative française d’origine tunisienne Henda Ayari, qui avait accusé Tariq Ramadhan de l’avoir violée, a affirmé que l’islamologue suisse d’origine égyptienne s’était ‘’mal comporté’’ envers elle en lui reprochant de ne pas porter le hijab.


‘’Il a justifié son forfait par le fait que mes cheveux n’étaient pas recouverts’’, a-t-elle dit vendredi 15 juin 2018 dans une déclaration à une télévision. Ramadhan, lui, nie en bloc l’accusation de viol, avouant seulement ‘’des relations extraconjugales’’.

.Henda Ayari a expliqué la raison pour laquelle elle n’avait pas déposé plainte à la suite du viol qu’elle affirme avoir subi dans un hôtel parisien en 2012 par le fait que l’accusé avait proféré des menaces contre elle et ses enfants en cas de dénonciation de son acte. D’après elle, ce qui l’a surtout décidée finalement à porter plainte c’est ‘’le grand mouvement qui a gagné les femmes en France contre les agressions sexuelles’’.

L’activiste, actuellement à la tête de l’Association des femmes libres, en France, a indiqué avoir reçu de nombreuses menaces après ses accusations contre Tariq Ramadhan, dont des lettres de menace d’origine indéterminée. De même, sa voiture personnelle a subi des dégradations, selon elle.

L’islamologue est visé actuellement par des poursuites judiciaires pour de présumés faits de viols et agressions sexuelles, en Suisse, en France et aux Etats-Unis. L’intéressé nie, ne reconnaissant que des relations extraconjugales.

Henda Ayari est la première à l’avoir accusé de l’avoir violée, affirmant disposer de preuves qu’elle remettra à la justice.