Décès de Morsi : Erdoğan condamne l'inaction des pays occidentaux

Décès de Morsi : Erdoğan accuse les dirigeants égyptiens

Décès de Morsi : Erdoğan accuse les dirigeants égyptiens
La Turquie fut le premier pays à réagir à la mort de Morsi. En effet, Recep Tayyip Erdoğan a pris la parole lors d'un événement qui s'est tenu au Centre des congrès Haliç à Istanbul le 17 juin, rappelant que Morsi a été élu par le peuple égyptien et emprisonné après avoir été renversé par le ‘’tyran’’ Abdel-Fattah al-Sisi.

Lors d'un rassemblement à Istanbul, mardi 18 juin 2019, le président turc a critiqué l’inaction du ‘’monde occidental‘’ qui se contente de rester silencieux face aux exécutions de Sissi. ‘’Les États de l'Union européenne interdisent la peine de mort, mais acceptent de rencontrer un meurtrier en Égypte’’, a déclaré Erdoğan.
‘’Tous les musulmans se souviendront du regretté Morsi pour la lutte honorable qu'il a menée jusqu'à son dernier souffle.’’ ‘’Pour nous, Morsi est un martyr de sa cause. L'Histoire n'oubliera jamais ces tyrans qui l'ont mis en prison et provoqué sa mort’’, a-t-il ajouté.
Et Erdogan n'a rien fait pour apaiser la crise diplomatique, ne manquant pas une occasion de rappeler que la détention de Mohamed Morsi, dont un rapport avait également dénoncé ses conditions ‘’inhumaines’’ de détention, équivalait à une condamnation à mort. À la télévision, il a également juré qu'il ne se rendrait pas en Égypte tant que Sissi restera à sa tête. ‘’Je ne m'entretiendrai pas avec quelqu'un comme lui’’, a-t-il affirmé alors que la justice égyptienne venait de faire exécuter neuf hommes.