Cyclone Amphan : 10 millions de personnes impactées selon L’ONU

Cyclone Amphan : 10 millions de personnes affectées en Inde et au Bangladesh

Cyclone Amphan : 10 millions de personnes affectées en Inde et au Bangladesh
Le cyclone Amphan a dévasté les côtes occidentales du Golfe du Bengale mercredi soir, faisant à ce jour 95 morts et détruisant des milliers de villages. 
Selon l’ONU, les pertes concernent 10 millions de personnes en Inde et au Bangladesh. Mais la crainte d’une recrudescence du coronavirus ressurgit.
L’Inde et le Bangladesh commencent à ramasser les débris laissés par le passage d'Amphan. Le cyclone le plus puissant du XXIème siècle a causé une dévastation inouïe : des centaines de villages inondés, des maisons détruites, des champs de cultures dévastés et des milliers de familles se retrouvant sans rien. 
L’ONU estime que le cyclone a causé des pertes matérielles pour 10 millions de personnes avec au moins 500 000 maisons et foyers détruits. 
Le cyclone a par ailleurs fait 95 morts, selon des bilans officiels provisoires. 
Malgré l’étendue des dégâts matériels, les deux pays ont pu réagir à temps pour préserver la majorité de leurs populations, en retenant les leçons des catastrophes naturelles précédentes. 
À l'approche du cyclone Amphan, les autorités locales des deux pays ont procédé à l’évacuation massive vers des abris d’urgence, de 3 millions de personnes vivant dans les zones côtières les plus à risque. 
Le golfe du Bengale est une zone où l'activité cyclonique est fréquente et saisonnière. En 1970, plus de 500 000 personnes sont décédées suite au cyclone Bhola. 
Le dernier cyclone particulièrement meurtrier, Sidr, survenu en 2007 avait fait 3 500 morts au Bangladesh
Amphan a néanmoins provoqué des destructions majeures dans plusieurs villages et villes comme à Calcutta, où la métropole de 15 millions d’habitants est partiellement détruite.
Cette catastrophe naturelle intervient alors que l'Inde et le Bangladesh essayent de combattre la pandémie de Coronavirus. L'UNICEF et L’ONU tirent la sonnette d'alarme sur une situation épidémiologique qui pourrait rapidement se détériorer en raison de la propagation du corona virus dans les abris d’évacuation surpeuplés.