Les 17 critères de beauté, selon la belle mère Tunisienne !

Les 17  critères de beauté, selon la belle mère Tunisienne !

« Kinti » (belle fille) devra être l’incarnation de la femme parfaite » , voilà une phrase tant répétée par la future belle mère, qui avait le privilège de choisir la future épouse de son fils, à une époque pas si lointaine.

Pour l’aider dans sa quête, elle avait une liste de certaines caractéristiques énumératives et cumulatives.

La première qui est supposée être de base : « bint ness » pour dire une fille issue de bonne famille, « sage », ensuite obéissante et surtout « qui devra savoir prendre soin de son mari et de son foyer ». Des critères indiscutables indépendamment du statut social, de la religion, de la région et de l’époque des événements.

De nos jours , les choses ont un peu changé, voir évolué dans certaines régions de la Tunisie. Quoique faire un petit saut dans le passé pour dresser la liste des critères de beauté chez la femme, 60 ans plus tôt , est toujours amusant.

Nous avons questionné 6 arrières grand-mères originaires de différentes régions du pays, du Nord au Sud. Elles nous ont livré « leur héritage idéologique » en matière de beauté.

« Kinti », sur le plan physique doit être belle, c’est-à-dire :

- Avoir une peau claire et éclatante

-Ronde avec des hanches « milyéna ». A l’époque c’était un signe de fertilité et d’aisance.

- Grande, mais plus petite que le futur époux, avec des bras et jambes fines.

-Avec une poitrine généreuse

-Un petit menton

-Un cou long, pour avoir de la classe selon elles.

-Un visage rond avec des joues rebondies , roses , signe de bonne santé (sans anémie).

-Une petite bouche avec des lèvres fines, c’était vulgaire dans le cas contraire.

-Un petit nez redressé

- Les yeux devaient être larges comme ceux d’une biche , avec des cils volumineux et longs.

A ce niveau, nous avons constaté qu’il y a une variante en matière de couleur. Les belles mères du nord (Cap Bon) les voulaient clairs contrairement à celles du sud où les yeux foncés étaient les plus convoités. Les yeux bruns étaient un signe d’authenticité, de « pure souche ».

-Les sourcils devaient être volumineux , voir collés dans certaines régions de l’intérieur.

-Un front moyen et non bombé

-Une longue chevelure raide. Au sud, comme à Gafsa, les cheveux devaient être de préférence bruns voir noirs.

En analysant la liste des critères de beauté en vigueur il y a 60 ans et en la confrontant à la réalité d’aujourd’hui, nous pouvons conclure deux choses :

La première est que nos grand-mères avaient beaucoup d’imagination

La deuxième :ce que votre belle mère dit et affirme est différent de ce qu’elle fera !