Pouvoir d’achat : 2/3 des Tunisiens se trouvent dans une situation économique difficile

Pouvoir d’achat : 2/3 des Tunisiens se trouvent dans une situation économique difficile

Pouvoir d’achat : 2/3 des Tunisiens se trouvent dans une situation économique difficile
Hassen Zargouni, directeur général du cabinet Sigma Conseil, vient de publier aujourd’hui, vendredi 8 octobre 2021, les résultats d’une enquête par sondage d’opinion concernant le pouvoir d’achat des Tunisiens.

Sur 989 personnes questionnées, près de 90% des Tunisiens jugent négativement la situation économique actuelle globale du pays et près de 70% des Tunisiens considèrent que la situation économique s’est détériorée les 5 dernières années.

Parmi les sondés, plus de 60% des Tunisiens sont insatisfaits des efforts de l’Etat pour améliorer la situation économique. Et près de 80% des Tunisiens déclarent que leur pouvoir d’achat a régressé les 5 dernières années

Toujours d’après les résultats de ce sondage, près de 93% des Tunisiens se déclarent impactés par la baisse du pouvoir d’achat, 2/3 des Tunisiens se considèrent se trouver dans une situation économique difficile.

Cette étude menée du 2 au 4 octobre a révélé que 86% des Tunisiens ont déclaré que leurs revenus sont insuffisants afin de faire face aux besoins des dépenses de leurs foyers.

Selon environ 42% des Tunisiens, la première des dépenses est celle relative aux produits alimentaires, alors que près des 2/3 des Tunisiens accèdent difficilement aux dépenses liées aux réseaux eau potable, électricité.

Plus de 80% des Tunisiens considèrent que l’eau potable, l’énergie ainsi que les produits alimentaires ont vu leur prix augmenter particulièrement les 5 dernières années.

Concernant les conséquences de la baisse du pouvoir d’achat chez les Tunisiens :

  •  Plus d’endettement (80%),
  • Plus d’autocontrôle des dépenses des ménages (22%),
  • Près de 90% des Tunisiens trouvent des difficultés pour faire de l’épargne.

Face à cette situation, 40% des Tunisiens attendent de l’Etat qu’il agisse sur le plan économique en priorité pour améliorer le pouvoir d’achat, la lutte contre le chômage (34%) et l’inflation (22%) et l’encouragement de l’entreprenariat (16%).

Près de 1 Tunisien sur 2 incrimine la hausse des prix dans la baisse de leur pouvoir d’achat, 1/6 au chômage, 1/6 à l’instabilité politique, 1/8 à cause de la corruption et 1/10 à cause des revenus limités.