La Banque Centrale revoit à la hausse le taux d'inflation à moyen terme

La Banque Centrale revoit à la hausse le taux d'inflation à moyen terme

La Banque Centrale revoit à la hausse le taux d'inflation à moyen terme
Selon la note sur les évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen terme, publiée par la Banque Centrale de Tunisie "l'incertitude entourant la trajectoire de l'inflation demeure assez élevée et asymétrique vers le haut et les foyers de risques sont multiples." La BCT a estimé que le taux d’inflation moyen pourrait atteindre 6,8% en 2022. Le rapport a indiqué que le taux d’inflation au mois de décembre 2021 avait atteint 6,6% en glissement annuel contre 6,4% au mois de novembre. La BCT a, aussi, précisé que l’inflation sous-jacente, hors produits alimentaires frais et produits à prix administrés, a atteint 6,1% en glissement annuel en décembre 2021. Ce taux était à 6% en novembre 2021.

Les principaux facteurs de risques selon la note sur les évolutions économiques et monétaires et les perspectives à moyen terme, publiée par la BCT, pourraient dériver notamment d'une hausse plus importante et durable des prix internationaux des produits de base. De même, l'éventuelle hausse des prix et tarifs administrés ainsi que des taux d'imposition et la poursuite du stress hydrique et ses répercussions néfastes sur la production et les prix des produits alimentaires ajouteraient un lot d'incertitude considérable à la prévision de l'inflation.

https://www.nessma.tv/assets/uploads/images//1/IMGBN82810cap.jpg

Les récentes prévisions à moyen terme ont revu à la hausse la trajectoire future des prix à la consommation. Elles tablent sur un taux d'inflation moyen de 6,8% en 2022 avant de s'atténuer à 5,6% en 2023 et ce, après avoir enregistré 5,7% en 2021. L'inflation des produits administrés devrait se maintenir à des niveaux élevés en s'établissant à 6,3% en 2022, et à 4,5% en 2023 et ce après 5,8% en 2021. En effet, le taux d'inflation des produits administrés devrait se maintenir sur des niveaux relativement élevés au 1er semestre 2022, portée surtout par un effet de base haussier important, provenant des hausses antérieures importantes des prix du tabac, ainsi que le relèvement d'un ensemble de prix administrés, en relation avec les pressions provenant des prix internationaux des produits de base et des matières premières, et de l'orientation vers la réduction progressive des dépenses de subvention. 

https://www.nessma.tv/assets/uploads/images//1/IMGBN82811capture.jpg

 L'inflation des produits alimentaires frais, les faibles perspectives de la production locale sous l'effet de la sècheresse prolongée et le durcissement des restrictions sur l'irrigation, de la hausse des coûts d'intrants et de production, auxquels s'ajouteraient les effets du renforcement de la demande, notamment celle du secteur d'hôtellerie et de restauration, devraient maintenir des pressions à la hausse de l'inflation de l'ensemble des produits alimentaires frais. Les récentes prévisions tablent sur un taux d'inflation des produits frais de 9,4% en 2022 et de 5,4% en 2023, après avoir enregistré 7,1% en 2021.Pour sa part, l'inflation sous-jacente, mesurée par l'indice des prix à la consommation hors produits alimentaires frais et produits à prix administrés, devrait se maintenir sur une tendance haussière graduelle sous l'effet des pressions inflationnistes provenant essentiellement de ses principaux déterminants.

Les pressions d'origine offre seraient actives en perspectives émanant des niveaux élevés des prix internationaux des produits de base et des matières premières et les effets de la hausse attendue des prix de l'énergie. En moyenne annuelle, le taux d'inflation sous-jacente devrait avoisiner 6,4% en 2022 et 6,1% en 2023 et ce après 5,4% en 2021.Au final, la Banque centrale indique qu'elle demeure vigilante quant à l'évolution de l'inflation durant la période à venir, et usera de tous les instruments mis à sa disposition pour la maintenir à des niveaux acceptables.