Le nombre des PME tunisiennes a augmenté de 6,62%

Hausse du nombre des PME tunisiennes de 6,62%

Hausse du nombre des PME tunisiennes de 6,62%
Le nombre des PME tunisiennes employant de 6 à 250 salariés, a augmenté de 6,62%, durant l’année 2017, alors que leur croissance annuelle moyenne était de seulement 1,51%, depuis 2010, selon des statistiques du baromètre MIQYES de la santé de la PME.

Initié par la CONECT, ce baromètre, qui se réfère à des statistiques de l’INS, a fait état d’une hausse sensible du nombre des entreprises en général de 4,19%, en 2017. Sur les 771 mille entreprises privées, recensées en Tunisie, en 2017, 87% sont unipersonnelles, 9% emploient entre 1 et 5 salariés, 2%, font travailler entre 6 et 200 salariés alors que seulement 0,11% emploient plus que 200 salariés.

Partant de ce constat, la Confédération des Entreprises Citoyennes de Tunisie considère que la population des PME (entre 6 et 200 employés), ‘’se positionne aujourd’hui, comme un véritable levier de l’économie tunisienne aussi bien pour la croissance, l’export, l’investissement, l’emploi que pour l’innovation’’.

‘’Malgré toutes les difficultés que rencontrent les PME/TPE Tunisiennes, ces dernières restent optimistes croyant à un avenir meilleur. Il faudra que le gouvernement et les administrations encouragent les sociétés tunisiennes, notamment les PME, à innover et à se développer davantage aussi bien en Tunisie qu’à l’international, et ce pour le bien de toute l'économie nationale’’, a souligné la Confédération.

Lancé en 2017, le baromètre vise à ‘’mettre en lumière les réalités et les perspectives de la PME, cheville ouvrière de l’économie tunisienne’’. Il a permis de faire état, dans ses précédentes éditions 2016 et 2017, des entraves bloquant l’activité de ces entreprises, que ce soit d’ordre managérial (spécifiques à la nature du tissu entrepreneurial tunisien), que d’ordre institutionnel et environnemental (liés au climat des affaires, aux conditions du marché, et à l’accès au financement).

Pour l’édition 2018, le MIQYES comprendra deux versions. La première ciblera les PME employant de 6 à 200 salariés, et la seconde s’intéressera aux TPE employant entre 3 et 9 salariés.