Environnement : Et si l’économie circulaire pouvait contribuer à limiter le réchauffement climatique ?

Environnement : Et si l’économie circulaire pouvait contribuer à limiter le réchauffement climatique ?

Environnement : Et si l’économie circulaire pouvait contribuer à limiter le réchauffement climatique ?
L'organisation internationale « Circle Economy » vient de publier son dernier rapport révélant qu’allier l'agenda de l'économie circulaire à celui de l'atténuation des changements climatiques pourrait contribuer à réaliser un scénario global compatible avec un réchauffement limité à 2 °C d'ici 2032.

L’économie circulaire est un concept apparu dans les années 1970, l'économie circulaire est un système économique d'échange et de production qui, à tous les stades du cycle de vie des produits (biens et services), vise à augmenter l'efficacité de l'utilisation des ressources et à diminuer l'impact sur l'environnement tout en développant le bien-être des individus.

Pour atteindre cet objectif, il est donc indispensable d'adopter une feuille de route basée sur des stratégies circulaires qui permettraient d'atteindre 85% des engagements en matière de climat.

D'après la même source, le taux de circularité globale tend à diminuer, et non à augmenter, sachant que la précédente édition de ce rapport a révélé que l'économie mondiale n'est que 8,6% circulaire.

A peine deux ans plus tôt, ce chiffre était de 9,1%, ce qui veut dire que les choses se sont donc aggravées, note le rapport, ajoutant que « même si nous n'avons besoin que de doubler notre taux de circularité pour combler l'écart d'émissions d'ici 2032, le monde reste toujours entravé par les pratiques obsolètes du modèle de développement linéaire : « Extraire, Fabriquer, Jeter ».

Même si les pays qui se sont engagés à agir en faveur du climat dans le cadre de l'accord de Paris tiennent leurs promesses de réduction des émissions, la hausse des températures devrait encore atteindre +3,2 degrés au cours de ce siècle, déplore la même source.

Le réchauffement climatique ne montre aucun signe de ralentissement et la réalité est que certaines villes et certains pays vulnérables seront confrontés à des catastrophes qui menacent une grande partie de la population.

Ces pays qui sont les plus les plus vulnérables aux impacts du dérèglement climatique sont également les pays à faible revenu qui contribuent le moins d'émissions à l'échelle globale.

D'où, la nécessité de développer l'économie circulaire qui pourrait réduire, estime la même source, les émissions mondiales de Gaz à effet de serre de 39%.