Agriculture : Impact du Covid-19

Agriculture : Impact du Covid-19

Agriculture : Impact du Covid-19
Une note d’information publiée par l’Observatoire National de l’Agriculture (Onagri) consacrée à l’impact du Covid-19 sur la production, l’approvisionnement, les prix et les exportations des produits agricoles, informe que la crise sanitaire du Coronavirus a engendré un grand ralentissement des circuits d’approvisionnement, de commercialisation et de distribution des produits agricoles.

D’après l’Onagri, cette perturbation a pesé sur tous les produits agricoles durant fin mars 2020, entrainant ainsi une régression de l’offre, variant de 7% pour les légumes à 41% pour les fruits, suivie par une baisse remarquable des prix pour certains légumes, notamment l’oignon et l’artichaut, et de moindre importance pour la tomate et le piment.

Pour remédier au ralentissement de l’offre et maitriser les fluctuations des prix, des mesures ont été prises avec l’adoption de procédures exceptionnelles pour faciliter la circulation des agriculteurs et activer l’approvisionnement des marchés, observe la même source, soulignant que ces mesures ont permis de réajuster la situation durant avril et mai 2020.

Ceci a entraîné une augmentation globale de 13% de l'offre en légumes et une réduction de 4% du déficit total de l’offre en fruits durant toute la période du confinement, comparé à la même période de 2019.

Selon l’observatoire, les mesures ont également permis de limiter la fluctuation des prix pour plusieurs produits, à l’exception de la pomme de terre qui a enregistré une baisse successive de 26% des prix moyens enregistrés durant avril et mai 2020.

Les plus touchés par la pandémie sont les produits de la pêche maritime comme en témoigne la baisse enregistrée au niveau de l'offre (-33%) pendant toute la période du confinement, et l’augmentation excessive des prix pour plusieurs produits dont le merlan (+40%) et le rouget (+50%), suite notamment à la suspension de certaines activités, telles que la pêche au chalut et les filets tournants.

La chute de production qui a concerné la plupart des gouvernorats a impacté le niveau des prix et de l’offre sur le marché intérieur d’un côté et l’exportation de l’autre, ce qui a affecté le solde des échanges extérieurs.

Une baisse des exportations agricoles et alimentaires a également été observée au cours des mois de mars et avril 2020 par rapport à 2019, malgré les exportations exceptionnelles de l’huile d’olive.

Entre janvier et mai 2020 certains produits ont baissé, comme les produits de la mer (-18,6%), les dattes (-12,6%) et les légumes (- 6,3%), par rapport à la même période de l’année précédente. Cela a entraîné une réduction de 105 millions de dinars du total des exportations alimentaires enregistrées jusqu’à mai 2020.

Quant aux importations de céréales, elles ont augmenté de 9,5% en 2020 comparé à 2019, avec une diminution de 12,6% des prix à l’importation du blé tendre et 23,1% pour l’orge.

Seuls les prix à l’importation du blé dur ont progressé de 6,1% entre 2019 et 2020.