Noura rêve… un film engagée et émouvant…

‘’Noura rêve’’ à guichets fermés, à la Cité de la Culture …(photos)

‘’Noura rêve’’ à guichets fermés, à la Cité de la Culture …(photos)
Après ses multiples récompenses dans plusieurs festivals internationaux, le film tunisien ‘’Noura rêve’’ de Hinde Boujemaa, met en fin le cap aux Journées Cinématographiques de Carthage – Edition Nejib Ayed.

 

L’œuvre tant attendue par le public tunisien, a été projetée, mardi 29 octobre 2019, à la Cité de la Culture. 


Les billets mis en vente, depuis hier lundi 28 octobre 2019, dans plusieurs guichets à Tunis, ont été, rapidement, épuisés et le site n'avait pas pu résister à la ruée des cinéphiles, qui se sont précipités sur les tickets, paralysant, ainsi, les ventes en ligne.


Le trio d’exception et réaliste, Hend Sabry (Noura), Lotfi Abdelli (Jamel) et Hakim Boumsaoudi (Lassaad), a fait de ce film un chef d’œuvre…


De Nouri Bouzid à Salma Baccar et Ferid Boughedir ainsi que d’autres pionniers du cinéma tunisien, le 7e art tunisien fait de plus en plus parler de lui, ces dernières années…


Des films engagés qui défendent une cause… des films qui s’attaquent à des scandales ou encore qui dénoncent l’injustice et défient l’interdit…Tel, le film de Hinde Boujemaa, ‘’Noura rêve’’… les Tunisiennes rêvent… d’une Tunisie meilleure… 


Après avoir réalisé son premier long-métrage documentaire ‘’C’était mieux demain en 2012’’ et un court-métrage fiction ‘’Et Romeo épousa Juliette’’ en 2014, Hinde Boujemaa se lance dans la fiction et réalise son premier long-métrage ‘Noura rêve’’, un film inspiré d’une histoire vraie, dont les scènes se déroulent dans un quartier populaire…


‘’Noura’’, comme beaucoup de femmes tunisiennes, combattante du quotidien, tente de lutter contre les injustices et de survivre dans un pays qui ne tolère pas ‘’les femmes révoltées’’… 


Issue de la classe moyenne et seule avec ses trois enfants, Noura essaye d’élever ses trois enfants en l’absence de son mari Jamel, un délinquant, emprisonné pour ses actes de violence et de vandalisme. 


En pleine procédure de divorce, elle tombe amoureuse de Lassaad… mais sa vie bascula lorsque 5 jours avant le jugement de divorce, Jamel est relâché plus tôt que prévu, suite à une grâce présidentielle…


Noura rêvait de liberté et de dignité … Noura rêvait d’une vie équilibrée et comblée d’amour mais, hélas, la vie ne se planifie pas et personne ne peut contrôler ce qui arrivera demain …


Noura est condamnée non seulement par loi tunisienne mais aussi par notre société conservatrice et patriarcale … Et comme la loi tunisienne punit sévèrement l’adultère, cette dernière fait tout pour défier la justice…et dénoncer la violence physique et psychologique qu’elle subit… 


Avec chaque gros plan utilisé, le spectateur vit la douleur et toutes les émotions des personnages… Ému et submergé par la sincérité de l’histoire, le film a été très applaudi par le public…qui était très solidaire avec Noura, sans la juger et la condamner pour son adultère…

En compétition pour le Tanit d’Or, ‘’Noura rêve’’ a raflé plusieurs prix… Le Grand Prix du festival international du film indépendant de Bordeaux et le prix de la meilleure actrice qui a été attribué à Hend Sabry, lors de la troisième édition du festival du film d’El Gouna …


Ont assisté à cette projection un très grand nombre de stars, dont, les acteurs du film et Hinde Boujemaa qui a été chaleureusement saluée par le public..., Néjib Belkhadhi et l'acteur égyptien Sayed Ragab, en tête d'affiche du court-métrage ''Habib''...
 

H.Ch