Où sont les femmes ???

Où sont les femmes ???

Si ce pays peut être sauvé de la mainmise des extrémistes de tous bords, ce sera grâce aux femmes. Comme toujours !


Ce sont elles qui doivent se dresser face à la dictature islamiste qui se profile à l’horizon. Un horizon obscurci par des élections législatives qui ne laissent guère de choix aux Tunisiens et surtout aux Tunisiennes : si on ne veut pas se retrouver sous la dictature des intégristes, il faut élire Nabil Karoui à la tête de l’Etat, afin de contrecarrer les sombres projets d’Ennahdha et de ses associés.

Car Kaïs Saïed, le candidat soutenu par ce parti est encore plus pernicieux que ses souteneurs. D’ailleurs Yadh Ben Achour, l’un de ses anciens professeurs dit de lui ‘’je le connais bien, il est ultraconservateur’’.  Une attitude qui apparaît clairement lorsqu’il parle des droits de la femme tunisienne, qu’il veut asservir comme avant, sans droits et sans liberté.

On reviendrait ainsi à des millénaires de patriarcat qui ont réduit la femme à une servante aux ordres des hommes, son père d’abord, puis ses frères et enfin son mari, qui ne voit en elle qu’un ventre et un bas ventre. Depuis toujours, elle a dû vivre dans l’ombre des hommes, un second rôle fait d’obéissance aveugle, d’asservissement, de frustration, de répudiation et d’expropriation de ses droits à l’héritage.

Pour Kaïs Saïed le rôle de la femme se limite à être mère au foyer et elle n'a pas le droit d’exister en dehors de cela. Elle ne doit être que fille, sœur, épouse ou mère. C’est un accessoire qui doit obéir et la fermer. Il semble oublier que cette vision des choses, ce patriarcat ancestral, est un féodalisme économique qui asservit la moitié de la population de ce pays.

Les femmes n’auront donc plus de droits, seulement des obligations. Elles seront également maintenues sous tutelle intellectuelle, en leur refusant le droit à l’éducation, comme dans la secte du Nigéria ‘’Boko Haram’’ de triste mémoire, qui interdit l’école aux filles. Ce candidat sera obligé d’obéir à ceux qui font les lois à l’ARP, dominée par les extrémistes et qui vont se dépêcher de transformer les femmes en propriété privée, en outil de production corvéable à souhait.

Dans ce système, les femmes ne sont même plus des citoyennes, puisqu’il leur ‘’manque une partie du cerveau et que leur foi est faible’’ (ناقصات عقلا ودينا). L'égalité dans l'héritage est rejetée par ce candidat et les richesses qu'elles produisent doivent revenir à la famille, sans leur laisser la moindre indépendance économique. Le droit des femmes à la propriété, aux moyens de production économique, ou aux outils financiers leurs sont refusés.

Pour plaire à un électorat extrémiste, ce candidat va jusqu’à prôner la fermeture des cafés durant le mois de Ramadan et à faire condamner les personnes qui ne jeûnent pas, alors que les diabétiques, les enfants ou les femmes enceintes, ont parfois un besoin urgent de boire et de manger.

L’identité arabo-musulmane pure et dure prônée par cet islamiste réactionnaire va plonger la Tunisie dans l’obscurantisme et la violence contre les femmes et les maintenir dans la servitude sous ses aspects les plus terrifiants.

Alors Mesdames, allez voter, il y va de votre avenir et de celui de vos filles !!!