Noureddine Taboubi : ‘’L’UGTT est plus grande que le chef du gouvernement’’

Noureddine Taboubi : ‘’L’UGTT est plus grande que le chef du gouvernement’’

Le secrétaire général de l’UGTT a estimé, mardi 4 septembre 2018, que le limogeage du ministre de l’Energie faisait partie des ‘’décisions fantaisistes du gouvernement qui dénotent l’indécision, la précipitation et l’absence de compétence’’.

Il a toutefois nié que cette décision soit dirigée contre la centrale syndicale qui, selon ses propres termes, ‘’reste plus grande que le chef du gouvernement ou tout autre ministre’’.

‘’Le chef du gouvernement a le droit de limoger qui il veut, mais le grand scandale est dans l’absence d’un minimum de niveau moral car parler d’autorité et de respect de l’Etat et de ses institutions commandent de mettre au clair les motifs du limogeage de n’importe quel ministre’’, a souligné Noureddine Taboubi dans des déclarations de presse en marge de l’ouverture d’une conférence syndicale sur ‘’le projet du gouvernement relatif à la réforme et à la gouvernance des établissements publics’’.

Il a considéré que les raisons invoquées pour le limogeage du ministre ‘’ne tiennent pas debout’’ d’autant qu’aucun des griefs de corruption ou de malversation n’a été confirmé.

D’après Noureddine Taboubi, les entreprises publiques sont victimes du ‘’gang qui veut les céder’’, ce qui, a-t-il dit, confirme l’entrée dans la logique de la démission de l’Etat et de la vente d’illusions, ‘’surtout en l’absence de volonté de réformer et de restructurer le secteur’’. Il a déconcé, à cet egard, ‘’la volonté effrénée de vendre les entreprises publiques, même les entreprises bénéficiaires d’entre elles’’, réaffirmant que la centrale syndicale s’opposera à toute tentative de rééditer l’expérience des privatisations des années 1990.

‘’De quel projet parlent-ils quand il a pour objectif de vendre le secteur public et de désengager l’Etat ?’’, s’est-il écrié à propos du projet du gouvernement relatif à la privatisation, qualifiant ce qui se passe de ‘’puéril’’ et qualifiant le ministre en charge des réformes économiques de ‘’ministre de la dévastation’’.

Pour autant, Noureddine Taboubi a assuré que l’UGTT reste ouverte à la réforme et à la restructuration du secteur public, ‘’pas comme le veulent les courtiers mais au moyen de vraies réformes destinées à consolider, modernier et développer les entreprises publiques, accroître leur productivité et motiver leurs personnels’’.

Noureddine Taboubi a également réaffirmé que l’UGTT ‘’ne renoncera jamais à la moindre once du secteur public’’.

S’agissant de la grève générale dans le secteur public dont le principe avait été retenu par la centrale syndicale, Taboubi a estimé que ce mouvement ‘’aura lieu à 90 %’’, affirmant que l’UGTT ‘’assumera son rôle historique’’ face à l’aggravation de la crise dans le pays et estimant qu’on ‘’ne saurait parler de coût de la grève générale en comparaison avec la situation économique désastereuse’’.