Murés l’un contre l’autre, par la haine, de leur vivant et dans la mort (Photo)

Murés l’un contre l’autre, par la haine, de leur vivant et dans la mort (Photo)

Ils avaient dû être séparés par une haine irréductible. Il était dit que la même haine leur survivrait. Du moins celle entretenue et exacerbée par les vivants.

De surprenantes photos ont circulé, ces deux derniers jours, sur les réseaux sociaux, montrant un muret sommaire surmonté d’éclats de verre. Banal, pourrait-on croire. Sauf que, à y voir de plus près, le muret sépare deux tombes, sans doute pour perpétuer la haine qui habitait les deux morts devenus voisins pour l’éternité. A cause de vieilles rancunes familiales, révèlent certains commentaires qui localisent les deux sépultures dans un cimetière de Tunis…

Les éclats de verre sont destinés, sans nul doute, à rendre l’obstacle encore plus infranchissable. Sait-on jamais ? Mais l’animosité dite humaine repousse très loin les limites du pensable. Surtout quand il s’agit des limites de la haine.