La réalisatrice libanaise Jocelyne Saab tire sa révérence

La réalisatrice libanaise Jocelyne Saab tire sa révérence

Le monde du cinéma est en deuil. La Réalisatrice libanaise aux multiples talents, Jocelyne Saab, nous a quittés, lundi 7 janvier 2019, à l’âge de 70 ans.


Jocelyne Saab qui était l’une des représentantes emblématiques du nouveau cinéma libanais est décédée, à Paris, des suites d'un cancer.

Considérée comme une pionnière au Proche-Orient, elle a commencé sa carrière au journal As Safa avec Etel Adnan, mais s’était très vite tournée vers le cinéma, tout en maintenant sa carrière de reporter de guerre réalisant de nombreux documentaires sur des conflits dont la guerre d’Octobre en Egypte, le Kurdistan, la guerre d’Irak, l’Iran, la Syrie, le Golan, et son pays natal, le Liban alors ravagé par un conflit fratricide. Elle sera ainsi l’auteure de Beyrouth, jamais plus en 1976, puis de Lettre de Beyrouth en 1978, et ainsi Beyrouth, ma ville en 1982.

En 2005, Joycelyne Saab réalisera Dunia, un film dramatique franco-libano-égyptien qui fit scandale au Caire. Elle y traite des sujets tabous dans le monde arabe à l’instar de l’excision et l’ouvrage des Mille et Une Nuits. Ce film a récolté plusieurs récompenses dont Meilleur film du Festival du film de High Falls, Grand Prix du Jury du Festival du film de Sundance et du Festival international de films de Fribourg.

Jocelyne Saâb s’était distinguée également en tant que photographe et à partir de 2013, elle a crée le Festival international du film de résistance culturelle au Liban, qui connaîtra trois éditions sur plusieurs villes parmi lesquelles Beyrouth, Tripoli, Zaleh, Tyr.

Articles Similaires