La chaine Nessma et le groupe Karoui and karoui : Il n’existe aucune évasion fiscale

La chaine Nessma et le groupe Karoui and karoui : Il n’existe aucune évasion fiscale

Suite à la propagation ces derniers jours d’allégations calomnieuses et de fuites abjectes, mercantiles et dénuées de tout fondement autour de ce qu’on qualifie à tort d’évasion fiscale, il importe pour la chaine Nessma et le groupe Karoui and Karoui de porter à la connaissance de l’opinion publique ce qui suit :

La Tunisie vit depuis plus de 7 ans une crise économique sans précédent a frappé de plein fouet et continue de peser sur la marche de la plupart des entreprises économique quel que soit leurs secteurs d’activité parmi lesquelles La chaine Nessma et le groupe Karoui and Karoui. Cela a entrainé pour tous les opérateurs économiques des difficultés d’ordre financier notamment l’existence de dettes fiscales dont ne réchappe aucune entreprise, en soulignant que ce phénomène n’est pas exclusif de la Tunisie.

Mais nul n’ignore à ce sujet, que la règle qui prévaut habituellement dans ce genre d’affaires est que toute entreprise fiscalement endettée se présente devant les services des impôts relevant du Ministère des Finances pour négocier le paiement de ses dettes par le biais d’un échéancier qui fixe d’un commun accord les montants et les modalités de leur remboursement.

Ni la chaine Nessma ni encore moins le groupe Karoui and Karoui n’ont dérogé à cette règle puisqu’ils ont toujours déclaré en toute transparence leurs différentes activités, leurs chiffres d’affaires et ont toujours reconnu leurs dettes fiscales qu’ils ont régulièrement honorées et continuent de le faire à l’instar de toutes les entreprises soumises à ce traitement classique.

aussi et contrairement à ce qui a été propagé, la chaine Nessma et le groupe Karoui and Karoui démentent catégoriquement toutes les fausses rumeurs évoquées et affirment reconnaitre leurs dettes auprès des services des impôts, que ces dettes sont honorées de manière régulière et qu’il n’existe en l’occurrence aucune forme d’évasion fiscale.

Cependant, il est stupéfiant d’observer que pour la première fois depuis l’indépendance du pays, des milieux proches du pouvoirs instrumentalisent un média complice pour fuiter des données détaillées sur la situation fiscale d’une entreprise économique à savoir précisément la chaine Nessma et le groupe Karoui and Karoui dans le cadre d’une campagne politicienne de bas étage visant à porter atteinte à l’image de ces entreprises, de les intimider et de leur faire du chantage. Il est pour le moins étrange et fort suspect de constater que ces fuites aient eu lieu de manière précipitée un dimanche soir à minuit moins le quart sur un site électronique portant le nom de « Kapitalis » connu pour ses accointances avec certaines arrière-boutiques et dont le responsable actuel sévissait jusqu’à récemment sous les ordres de Sakhr El Materi, le gendre de Zine El Abidine Ben Ali.

Si pour sa part le ministère des finances a officiellement nié être à l’origine de cette misérable opération, il y aurait lieu de se poser la question suivante : quelle serait donc la partie possédant le pouvoir et ayant intérêt à commettre un tel forfait à l’encontre d’entreprises de communication comme la chaine Nessma et le groupe Karoui and Karoui en vue de les réduire au silence, de museler leur liberté, de tenter de les faire plier, de les pousser à la faillite et de jeter leurs employés dans les affres du chômage et ce en utilisant l’appareil de l’état et en usant de méthodes coercitives et de pression que l’on croyait révolues depuis l’ancien régime ?