L’opéra Aïda de Verdi  sur la scène grandiose du Colisée d’El Jem

L’opéra Aïda de Verdi  sur la scène grandiose du Colisée d’El Jem

Après un marathon de répétitions menées en commun par le Chœur symphonique de Trapani (Italie) et les musiciens du Théâtre de l’Opéra de Tunis, l’Opéra Aïda de Giuseppe Verdi a enfin pû être joué sur la scène du Colisée d’El Jem, pour le plus grand bonheur des mélomanes, venus nombreux admirer l’œuvre, samedi soir.

Dans le public, on a remarqué la présence du président du parlement, Mohamed Ennaceur, par ailleurs fondateur du Festival international de musique symphonique d’El Jem, ville dont il est originaire. Il y avait aussi le ministre de la Culture, Mohamed Zinelabidine, ainsi que l’ambassadeur d’Italie à Tunis, Lorenzo Fanara. Un public nombreux de connaisseurs, dont beaucoup d’Italiens et de Français, est venu admirer ce chef-d’œuvre de la musique lyrique classique, joué pour la première fois en 1871 au Caire, sous la baguette de son génial compositeur italien.

Inspirée de l’histoire antique de l’Egypte des Pharaons, Aïda met en scène une histoire d’amour, une intrigue amoureuse entre une jeune captive éthiopienne et un officier de l’armée du Pharaon, Radamès, en pleine guerre entre les deux peuples. Cet officier a été condamné à mort par son roi qui a eu vent de sa tentative de fuite avec la belle Aïda pour rejoindre avec elle l’Ethiopie.

Quelque 250 artistes ont joué cet opéra devant le public d’El Jem, entre ténors, sopranos, choristes et musiciens, avec le concours actif de l’orchestre symphonique tunisien, de l’orchestre de l’Opéra de Tunis et du Ballet national tunisien.