K. Gaddour : Le gouvernement a demandé un financement  extérieur du gisement qu’il  dit ignorer

K. Gaddour : Le gouvernement a demandé un financement  extérieur du gisement qu’il  dit ignorer

L’ancien ministre de l’Energie et des mines, Khaled Gaddour, limogé vendredi dernier, a indiqué lundi 3 septembre 2018 sur le plateau de l’émission Ness Nessma, que le dossier du gisement de ‘’Halk El-Manzel, avait été présenté par le gouvernement, au nom de l’Etat tunisien, lors du forum Tunisia Investment 2020. Ce faisant, a-t-il dit, le gouvernement espérait trouver des investissements à hauteur de 310 millions de dinars.

Selon Khaled Gaddour, le FMI avait eu à étudier le dossier du gisement dans le but d’y investir et pris connaissance des justificatifs mais s’était ravisé en raison de son faible rendement. L’ancien ministre désavoue ainsi le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani, qui avait affirmé que le gouvernement n’était pas au courant de l’exploitation du gisement par une société tunisienne.

La société tunisienne qui développe le gisement, lequel n’est pas encore entré en phase de production, dispose d’une concession régulière et peut continuer de travailler sans aucun problème, contrairement à ce que dit le gouvernement par la voix d’Iyed Dahmani, a ajouté Khaled Gaddour.

Le gisment de Halg Al Manzel est très marginal. Il ne peut produire que 8 millions de barils, alors que celui d’El Borma en produit 800 millions. En outre il produit un brut très lourd. Son développement est difficile et la qualité de son pétrole n’est pas de bonne qualité. Il aura une courte durée de vie, estimée à quatre ans, a encore déclaré l’ancien ministre, affirmant que des compagnies internationales avaient dédaigné le gisement après avoir constaté qu’il n’était pas rentable.

L’ancien ministre a dit des limogeages au ministère de l’Energie qu’ils étaient ‘’improvisés, non étudiés et anarchiques parce que à l’origine de la démolition d’un ministère en charge d’un secteur névralgique et stratégique’’. Il a qualifié de ‘’populistes’’ les propos du porte-parole du gouvernement sur les réserves du gisement de Halg El Manzel et les ressources naturelles, estimant que de tels propos ont nui à l’image de la Tunisie à l’étranger.

Gaddour a par ailleurs affirmé que certaines parties, qu’il n’a pas dévoilées, avaient demandé à son ministère d’acheter l’énergie à 9 dinars le kilowatt, alors que son prix en Tunisie est aux alentours de 250 millimes. Il a d’autre part indiqué que la Tunisie était parvenue à couvrir ses besoins en électricité au cours de la saison estivale, grâce à l’importaion d’Algérie des quantités d’électricité nécessaires.

L’ancien ministre a aussi reconnu à l’Algérie le mérite d’avoir contribué à régler un problème lié à la navigation aérienne en livrant à la Tunisie une trentaine de cargaisons de camions-citernes de kérozène, lors du pic de l’été dernier.