France : Marathon parlementaire pour quelques grammes de sel de moins

France : Marathon parlementaire pour quelques grammes de sel de moins

La sacro-sainte baguette française ne fait pas que les délices des caricaturistes. Elle est aussi, depuis plusieurs mois, au centre d’un marathon législatif.

Une commission parlementaire ad hoc a en effet conclu, mercredi 29 août 2018, que les arrangements non contraignants en faveur de la réduction de la teneur du pain en sel ne sont pas respectés et qu’il était donc temps d’imposer autoritairement de nouvelles règles en la matière, en légiférant.

‘’C’est un vrai problème de santé publique’’, s’est écrié un membre de cette commission qui en compte 20. ‘’Dans le cas de la baguette, et du pain en général, les accords facultatifs conclus en 2002 tablaient sur une réduction du niveau de sel à 18 grammes par kilogramme de farine, sur cinq ans. Maintenant et 16 après, cet objectif est loint d’être atteint’’, a-t-il ajouté, appelant à agir, par une législation ferme pour imposer des contraintes aux abus de sel.

Outre la chasse au sel, la commission parlementaire entend également traquer les excès d’utilisation d’additifs alimentaires dans l’agro-alimentaire et la préparation de plats prêts à l’emploi, notamment en imposant des restrictions à la publicité sur des article de ‘’malbouffe’’, auprès des enfants, surtout.

D’après un autre membre de la commission, la consommation moyenne journalière de sel en France est estimée entre 10 et 10 grammes par tête d’habitant, soit le double du plafond recommandé par l’Organisation mondiale de la santé. Selon cette députée, la commission pourrait proposer un ‘’impôt sur le sel’’ qui ne serait pas sans rappeler de mauvais souvenirs dans l’imaginaire français.

La gabelle (impôt sur le sel) de l’ancien régime dixit… Quoi qu’il en soit, la baguette ne cessera pas d’être une… institution dans ce pays. Pain et sel obligent.