Encore une querelle publique entre deux dirigeants d’Ennahdha (Vidéo)

Encore une querelle publique entre deux dirigeants d’Ennahdha (Vidéo)

Des querelles inhabituelles continuent d’éclater au grand jour entre des dirigeants de tout premier plan du mouvement Ennahdha, dont les divergences fondamentales étaient jusque là soigneusement gardées en sourdine.

L’ancien ministre de l’Agriculture de la Troïka Mohamed Ben Salem a sonné ce lundi 13 août 2018 la charge contre le conseiller politique du président du mouvement, Lotfi Zitoune, qu’il accuse d’aller ‘’depuis longtemps à contre-courant du groupe’’ et d’adopter de ‘’fréquentes positions dissonantes’’ concernant nombre de questions comme celles de la stabilité politique et de la stabilité gouvernementales.

‘’Lors du 10e congrès du mouvement Ennahdha, la position de Lotfi Zitoune au sujet de la formation du bureau exécutif ne fut pas une position progressiste ou réformiste du moment où il a défendu l’idée selon laquelle le bureau exécutif devait être formé par le président du mouvement et non pas par voie de vote’’, a ajouté Mohamed Ben Salem au micro de l’émission ‘’Ici la Tunisie’’, sur Diwan FM qui émet de Sfax.

Les propos de Mohamed Ben Salem ont indigné Lotfi Zitoune qui, dans un statut sur sa page Facebook, les a qualifiés de ‘’tentative de fonder une police d’opinions au sein du mouvement Ennahdha’’.

Pour lui, ‘’Mohamed Ben Salem confisque les opinions, travestit les faits et divulgue des affaires internes encore en discussion au niveau des institutions’’.

Dans l’esprit de Mohamed Ben Salem, ‘’la réforme n’est rien d’autre qu’une question technique d’organisation pour constituer un bureau exécutif’’, s’étonne encore Zitoune à propos des déclarations de son camarade de parti.

Les propos de Mohamed Ben Salem, un des faucons d’Ennahdha devant l’Eternel, interviennent dans le contexte de la controverse autour du rapport de la Commission des libertés individuelles et de l’égalité qui divise Ennahdha. Lotfi Zitoune avait fait part de son soutien à la présidente de la COLIBE face à la campagne virulente orchestrée contre sa personne et contre le rapport de sa commission. ‘’Toute ma solidarité à Bochra Ben Hmida. Nous voulons une Tunisie pour tous. La Tunisie change. Il y a débat et diversité de vues. Tout était pour le mieux mais, depuis laa publication du rapport de la commission des libertés, j’ai lu beaucoup de commentaires inacceptables contre les membres de la commission’’, avait écrit Zitoune sur sa page Facebook.

Lotfi Zitoune à l’adresse de Mohamed Ben Salem : Ce n’est pas pour en arriver là que nous avons combattu la dictature

‘’J’ai constaté des attaques en règle contre les membres de la Commission des libertés individuelles. Ce n’est pas pour en arriver là que nous avons combattu la dictature et sacrifié des martyrs. Ce n’est aucunement pour en arriver là que nous avons trimé nuit et jour’’, avait-il ajouté, avant de dire ceci, à l’adresse de la présidente de la COLIBE : ‘’Mon amie, Me Bochra Belhaj Hmida, vous avez le droit de défendre votre projet. Vous avez le plein droit d’avoir et de défendre une opinion différente’’.

La position de Lotfi Zitoune au sujet des libertés individuelles et de l’égalité ne concorde pas avec celles de beaucoups d’autres dirigeants d’Ennahdha dont Mohamed Ben Salem, qui avait stigmatisé ouvertement l’initiative du président de la République concernant l’égalité en héritage. Elle ne cadre pas, non plus, avec des propos tenus par d’autres ‘’faucons’’ d’Ennahdha, comme Abdelhamid Jlassi. Dans une déclaration à Jawhara FM, ce dernier avait estimé que les voix réfractaires au rapport de la COLIBE étaient ‘’l’intime expression du pouls de la société tunisienne porteuse des valeurs islamiques qui sont profondément enracinées en elle’’.

Abdelhamid Jlassi s’était également réjoui de ‘’la réaction de rejet’’ du rapport de la COLIBE, ajoutant qu’Ennahdha ‘’est très à l’aise’’ à ce propos.