offline

Coup de théâtre dans l’enquête sur la mort par noyade d’un policier à Mohamedia

L’enquête policière sur l’affaire de la mort, samedi dernier, d’un agent de l’ordre dans la Canal de la Mejerda, du côté de Mohammédia, a révélé des détails inattendus, a appris lundi 10 septembre 2018 le site Nessma, de source sécuritaire.

La brigade de recherche et d’investigations de la Garde nationale de Mohammédia, chargée de l’enquête, s’est trouvée devant un total coup de théâtre.

Elle enquêtait depuis samedi dernier sur une présomption de ‘’meurtre volontaire’’ après la mort par noyade d’un policier, âgé de 53 ans, dans le Canal de la Mejerda.

Très vite, les suspicions se sont concentrées sur le propre fils de la victime, un jeune de 20 ans, qui était en compagnie de son père au moment des faits.

Lors de sa première déposition, le fils de la victime avait prétendu que son père avait été ‘’braqué’’ par deux inconnus, dont un ‘’barbu’’. Mais il s’est avéré par la suite qu’il vait donné cette version pour se disculper.

En effet, il n’a pas tardé à donner une nouvelle version selon laquelle son père aurait ‘’perdu l’équilibre en raison de son état d’ébriété’’ et serait tombé dans le cours d’eau.

Assailli de questions, le fils de la victime a fini par avouer avoir poussé délibérément son père dans les eaux du canal parce qu’il lui réclamait la monnaie, autour de dix dinars, des bières qu’il était allé lui acheter en ville.

Le père a été emporté par le courant d’eau.

Le rapport du médecin légiste a confirmé que le décès était dû à une chute brutale.

Le meurtrier de son père dort en geôle, en attendant d’être déféré.

(Photo d’achives)