offline

Comité central d’Al Joumhouri : Pour une alliance politico-électorale

Le Comité central d’Al Joumhouri recommande au Bureau exécutif du parti de mener de larges concertations avec les forces socio-démocrates, pour former une alliance politico-électorale, en tant qu’alternative à l’échec du système de 2014 et pour redonner l’espoir aux Tunisiens.

Dans une motion, au terme de la cinquième session ordinaire du comité central du parti tenue, les 8 et 9 septembre 2018, à Sousse, sous le slogan " Fidélité à la mémoire de la dirigeante Maya Jribi ", les participants attribuent à la coalition au pouvoir, l’entière responsabilité de la dégradation de la situation des Tunisiens, de la chute de tous les indicateurs économiques et des résultats négatifs qui menacent la stabilité de l’économie nationale.

Les membres du comité central s’étonnent de la "mutation" de la guerre contre la corruption, d’une priorité nationale, à un moyen de règlement de comptes, de lutte d’intérêt et de camouflage de la corruption réelle qui ronge le pays.

Ils appellent l’Instance nationale de lutte contre la corruption à éclairer rapidement l’opinion publique sur le dossier du champ pétrolifère "Halk El Menzel".

Selon le comité central d'Al Joumhouri, les luttes au sein de la coalition gouvernementale sont devenues un frein au bon fonctionnement des institutions de l’Etat, paralysant l’action du gouvernement qui s’est transformé en simple gouvernement de gestion des affaires courantes.

Le laps de temps qui reste de l’actuel mandat ne permet pas au gouvernement d’entamer les réformes exigées ce qui le place au terme de son processus politique, lit-on dans la motion.

Le comité central fustige la "campagne calomnieuse" menée à l’égard de l’Union générale tunisienne du travail et de sa direction, rappelant le rôle national qu’a toujours assumé l’UGTT, en tant que force garante de la paix sociale et de la stabilité politique.